Fille d’un amour interdit entre un vicaire et une nonne

Pour Anne-Marie, 68 ans, le “début de reconnaissance”. Enfin. 

Plein écran
Anne-Marie Mariani-Jarzac © AFP

Anne-Marie Mariani est née de l’amour interdit entre un vicaire et une nonne. Présidente de l’association “Enfants du silence”, elle a été reçue, à 68 ans, à la Conférence des évêques de France (CEF), à Paris. Une “avancée”, “un début de reconnaissance” pour cette femme dont l’histoire a souvent été niée par l’Église : 

Jusqu’à présent, nous étions une réalité passée sous silence, l’institution religieuse nous percevait comme une menace”confie au Parisien cette ex-animatrice en gériatrie.

Un histoire d’amour et de tabou

Ses parents, aujourd’hui décédés, se sont connus à Oran, en Algérie. Prosper est vicaire. Paule est infirmière religieuse. Enceinte, elle traverse la Méditerranée pour accoucher à Paris, en 1951. Prosper reste à Oran. L’Église tente de les séparer, d’étouffer l’affaire. Il finira par renoncer au sacerdoce pour rejoindre les siens avant de se reconvertir dans les assurances. 

À 16 ans, elle apprend la vérité

À 16 ans, Anne-Marie apprend, via un oncle, toute la vérité. Son combat commence. Elle souhaite désormais recenser ces enfants du tabou et demande aux autorités religieuses un accès au dossier pour les victimes du silence. Elle milite également pour l’abolition du célibat pour les prêtres. 

Aujourd’hui, Anne-Marie est croyante et pratiquante, comme ses parents autrefois. 

Un article du Parisien, à découvrir ici.