Plein écran
© Twitter

Fort séisme au Pérou: un mort et onze blessés

MISE A JOURUn séisme, d’une magnitude comprise entre 7,5 et 8, a frappé dimanche matin une région du nord du Pérou dans la forêt amazonienne, provoquant des dégâts matériels, selon les autorités locales. Un homme a été tué et onze personnes ont été blessées, selon un premier bilan diffusé par la Défense civile.

La secousse s’est produite dans la nuit, à 02h41 locales (9h41, heure belge), à 193 km à l’est de la ville de Moyobamba, capitale de la province de San Martín, en haute Amazonie, à une profondeur de 114 km, selon l’USGS.

L’Institut de géophysique du Pérou évoque, lui, un séisme de magnitude 7,5, dont l’épicentre était situé à 70 km au sud-est du village de Lagunas, dans la même zone.

“Nous avons été informés de la mort d’une personne, tuée par la chute d’un rocher sur sa maison dans le district de Huarango, dans la région de Cajamarca”, a déclaré à la radio RPP Ricardo Seijas, le coordinateur de la Défense civile. La victime, un homme de 48 ans, dormait dans sa maison au moment du tremblement de terre, survenu tôt dimanche matin. Selon Ricardo Seijas, onze personnes ont été blessées et 51 familles sinistrées.

La secousse, qui a duré 127 secondes, a été ressentie dans plusieurs régions du nord et du centre du pays. A Lima, la capitale, les habitants sont sortis de chez eux malgré l’heure très matinale et la pluie qui tombait alors.

Quelques dégâts

“D’après les données disponibles (...) il n’y a pas de menace de tsunami, le séisme est localisé trop profondément sous terre”, a précisé le centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique.

Des dégâts étaient notamment signalés à Yurimaguas, localité la plus proche de l’épicentre. “Beaucoup de vieilles maisons se sont effondrées à cause de ce fort séisme”, a déclaré le maire de cette commune, Hugo Araujo. 

Le géologue Patricio Valderrama, du centre de surveillance et de prévention des désastres, a indiqué que “le nord du Pérou n’avait pas ressenti un séisme tel depuis le grand tremblement de terre de 1970". Un séisme de magnitude 7,9 avait alors frappé la région d’Ancash (nord-est), faisant plus de 70.000 morts.

Appel au calme

Le président péruvien Martin Vizcarra a appelé la population au sang-froid. “Je demande à tous nos concitoyens de garder leur calme. Le centre d’urgence est en train de surveiller et d’évaluer la situation”, a-t-il indiqué sur Twitter.

Selon le maire de Lagunas, Arri Pezo, les habitants refusent de rentrer chez eux de peur des répliques. “On ne peut pas vérifier s’il y a des dégâts parce qu’il n’y a pas d’électricité”, a-t-il dit à la radio RPP.

Selon le directeur de l’Institut péruvien de géophysique Hernando Tavera, la possibilité de répliques est “quasi minimale” étant donné la profondeur de l’épicentre.

  1. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.