Forte mobilisation dans plusieurs villes allemandes contre le nationalisme

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche dans plusieurs villes d'Allemagne, dont Berlin et Francfort, contre le nationalisme, à une semaine des élections européennes.

A Berlin, 20.000 manifestants, selon les organisateurs - plusieurs milliers selon la police - ont défilé dans le centre de la capitale, de l'emblématique Alexanderplatz vers la Colonne de la Victoire, dans le parc de Tiergarten.
Les défilés ont également réuni des milliers de pro-Européens à Francfort (14.000 selon la police), Hambourg, Cologne ou encore Münich.

Ces manifestations s'inscrivaient dans le cadre d'une journée de mobilisation européenne "contre le nationalisme" dans plusieurs pays d'Europe, à l'appel de plus de 250 organisations, dont Attac, Pro Asyl, Campact, et partis.

Les élections européennes du 26 mai, susceptibles d'être marquées par une forte abstention et des scores élevés des formations nationalistes, vont décider de "l'orientation future de l'Union européenne", selon le mot d'ordre des organisateurs, appelant à "lutter contre le nationalisme et pour une Europe démocratique, pacifique et unie".

"Je manifeste pour alerter sur le fait que ce que font les gouvernements en Hongrie, en Pologne en République Tchèque ou peut-être plus tard l'Allemagne est très dangereux", a expliqué à l'AFP Marius Schlageter, 27 ans. Pour lui, "nous vivons dans un monde global, avec des problèmes globaux et des réponses globales" que n'apportent pas, dénonce-t-il, les "égoïsmes nationaux”.

“Ça ne doit plus jamais arriver”

Renate Foigt, 74 ans, fait elle partie d'un collectif de "Grands-mères contre la droite": "Je suis là parce que je n'ai pas envie de revivre ce qu'un système national-socialiste a déjà provoqué dans ma vie, ça ne doit plus jamais arriver". "J'espère que de plus en plus de gens vont descendre dans la rue pour dire stop!", ajoute-t-elle.

Dans un pays où les Verts ont le vent en poupe mais où l'extrême droite défend des idées climato-sceptiques, les sympathisants écologistes se sont mobilisés en nombre. Ils arboraient des pancartes "Le climat ne connaît pas de frontières" ou "Les abeilles ne votent pas mais vous, si!'.

Des prises de parole d'artistes, dont l'écrivain allemand Ingo Schulze et le metteur en scène polonais Pawel Lysak, étaient prévues en milieu d'après-midi Porte de Brandebourg.

Les partis nationalistes, qui ont organisé samedi à Milan une grand-messe contre l'immigration, l'islam et "l'oligarchie" de Bruxelles, gâchée toutefois par un scandale touchant leur allié autrichien, espèrent faire du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) la troisième force du Parlement européen. 

Plein écran
© EPA
Plein écran
© EPA
Plein écran
© EPA
Plein écran
© EPA
  1. Reconstitution du meurtre d'Alexia Daval: “Pourquoi de telles horreurs?”

    Reconstitu­ti­on du meurtre d'Alexia Daval: “Pourquoi de telles horreurs?”

    La reconstitution judiciaire du meurtre d'Alexia Daval par son mari Jonathann, entamée vers 05H00 lundi, s'est transportée en milieu de matinée dans le Bois d'Esmoulins, où le corps de la jeune femme avait été découvert partiellement brûlé le 28 octobre 2017. L'informaticien de 35 ans a quitté sous bonne garde, peu après 9H30, le pavillon de Gray-la-Ville, où le couple résidait et où s'était déroulée la première phase de la reconstitution.
  2. Le revolver avec lequel Van Gogh aurait voulu se suicider vendu aux enchères

    Le revolver avec lequel Van Gogh aurait voulu se suicider vendu aux enchères

    Le revolver de marque Lefaucheux que Vincent Van Gogh aurait utilisé pour mettre fin à ses jours le 27 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise sera mis aux enchères mercredi à Paris à l'Hôtel Drouot. C'est la maison AuctionArt - Rémy Le Fur qui mettra sous le marteau cette arme de calibre 7 mm tristement célèbre. Si l'authentification ne sera probablement jamais formellement établie, la provenance est jugée sérieuse. Elle est estimée entre 40.000 et 60.000 euros.
  3. Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Danny V.D.V., un Belge de 57 ans, risque une lourde peine d’emprisonnement voire même la peine de mort pour avoir dealé de la cocaïne en Thaïlande, où il est installé depuis longtemps. La famille et les amis du Belge s’inquiètent: “Une exécution? Allez, franchement! Ici, un dealer reçoit une amende, ou peut-être un bracelet électronique, quand même pas une injection létale!”.