Plein écran
François de Rugy et son épouse Séverine Servat lors de la passation de pouvoir. © Photo News

François de Rugy se compare à Pierre Bérégovoy, Emmanuel Macron est “très inquiet”

Sur Twitter, quelques heures après avoir annoncé sa démission, François de Rugy s’est comparé à l’ancien Premier ministre de François Mitterrand Pierre Bérégovoy, qui s’était suicidé en 1993 alors que des soupçons de corruption pesaient sur lui. Interrogé par France Info, le neveu de ce dernier réagit: “ridicule et déplacé”. De son côté, Emmanuel Macron est “très inquiet”, affirme un membre du gouvernement français. 

“Comment ne pas penser aux mots de François Mitterrand en hommage à Pierre Bérégovoy”, a écrit mardi soir l’ancien ministre français de la Transition écologique. Dans son tweet, François de Rugy a joint la vidéo du discours du président Mitterrand aux obsèques de son ancien Premier ministre. Le chef d’État avait alors prononcé ces paroles: “Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie au prix d’un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République : celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous.”

La comparaison de François de Rugy - François Fillon, alors empêtré dans le scandale lié à l’emploi fictif de son épouse, l’avait déjà utilisée lors de la campagne présidentielle de 2017 - a provoqué de nombreuses réactions indignées de la part du monde politique, notamment sur les plateaux télés. “On sent quelqu’un de meurtri”, a déclaré sur LCI Patrick Vignal, député LaRem de l'Hérault et ancien membre des Verts, qualifiant le message de François de Rugy d’“appel au secours”.

Sur Twitter, les internautes ont taxé le tweet de l’ancien député EELV de honteux.

À France Info, le neveu de Pierre Bérégovoy, Jean-Michel Bérégovoy, adjoint au maire de Rouen, n’a pas caché son malaise face à cette comparaison. “J’ai pensé que c’était ridicule et que ça devenait une habitude depuis quelque temps. J’estime qu’il faut avoir du respect pour ce qu’il s’est passé et l’histoire des hommes politiques.”

“C’est blessant car en 1993, on a vécu de manière très douloureuse cet événement.”

“On ne sait jamais ce qui se passe dans la tête des gens”

Lors du Conseil des ministres mercredi, le président Macron a semble-t-il fait une allusion à ce tweet interpellant.  “Il est parti, il a démissionné pour préparer sa défense. Il faut l’accompagner, lui donner des signes de solidarité et le remercier pour tout ce qu’il a fait”, a déclaré Emmanuel Macron à ses ministres, rapporte Le Parisien. 

“Le type est psychologiquement fragile, visiblement, et le président est très inquiet”, a confié un ministre sous le couvert de l’anonymat. “On n’a pas oublié qu’avant sa tentative de suicide, Isabelle Balkany avait posté un message sur Facebook. On ne sait jamais ce qui se passe dans la tête des gens”, a glissé un autre au quotidien français. 

  1. La colère de la mère de Simon Gautier: “On sait qu’il est là, quelque part, blessé”
    Play

    La colère de la mère de Simon Gautier: “On sait qu’il est là, quelque part, blessé”

    “On commence à être assez en colère, parce qu’on est toujours seuls”, déplore Delphine Godart, la mère de Simon Gautier, le Français disparu depuis une chute lors d'une randonnée en Italie voilà huit jours. Le jeune homme de 27 ans a lancé un appel au secours le 9 août, affirmant s’être cassé les deux jambes mais sans pouvoir donner sa localisation exacte. Depuis lors, les autorités n’ont pas déployé les grands moyens pour le retrouver.