Plein écran
© REUTERS

Hospitalisé, Bolsonaro veut reprendre la présidence dès vendredi

Toujours hospitalisé quatre jours après une opération à l'abdomen, Jair Bolsonaro a prévu de reprendre ses fonctions de président du Brésil dès vendredi, même s'il s'alimente toujours via une sonde naso-gastrique, a indiqué jeudi son porte-parole.

"La sonde gastrique n'a toujours pas été retirée, mais elle le sera probablement aujourd'hui ou demain", a expliqué le médecin Antonio Macedo lors d'une conférence de presse à l'hôpital de Sao Paulo où le chef de l'Etat a été admis samedi.

Le porte-parole Otavio Rego Barros a confirmé pour sa part que M. Bolsonaro devait, comme prévu initialement, "reprendre la présidence demain (vendredi)". Depuis dimanche, jour de l'opération de Jair Bolsonaro, le vice-président Hamilton Mourao est président par intérim.

Le chef de l'État a publié sur son compte Twitter une photo aux côtés de ses médecins, sur laquelle il est debout, mais porte toujours la sonde naso-gastrique.

Une quatrième intervention

Mercredi, l'hôpital avait annoncé la pose de cette sonde en raison de problèmes de transit intestinal. Lundi, au lendemain de son opération pour une hernie incisionnelle de l'abdomen, Jair Bolsonaro, 64 ans, pouvait déjà ingérer des aliments liquides.

L'intervention chirurgicale, la quatrième depuis qu'il a été poignardé à l'abdomen en septembre dernier pendant la campagne électorale, avait duré plus de cinq heures, deux de plus que prévu.

D'après le dernier bulletin diffusé jeudi, les médecins ont constaté "une récupération progressive du transit intestinal".

"Il va bien, il ne présente pas de saignement, ni de signe d'infection", a souligné Antonio Macedo.

Jair Bolsonaro compte être rétabli pour se rendre à New York le 24 septembre, pour l'Assemblée générale de l'ONU, où le Brésil est traditionnellement le premier pays à prononcer un discours.

  1. Londres a refusé de débloquer 170 millions d'euros pour sauver Thomas Cook

    Londres a refusé de débloquer 170 millions d'euros pour sauver Thomas Cook

    Le voyagiste britannique Thomas Cook a demandé au gouvernement de débloquer 150 millions de livres sterling (170 millions d'euros) pour un plan de sauvetage de l'entreprise mais Londres n'a pas accédé à cette demande. "C'est beaucoup d'argent du contribuable", a déclaré dans la nuit de dimanche à lundi le premier ministre Boris Johnson à l'agence PA. "La population remarquera qu'il y a ici un risque moral, au cas où d'autres entreprises se retrouveraient confrontées à de telles difficultés économiques.”
  2. Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trentenaire américain atteint du syndrome de Down est décédé en mai dans une camionnette en pleine chaleur, à Seminole, en Floride, alors que la personne qui devait s’occuper de lui s’était endormie sur le siège passager après avoir ingéré de la drogue, ont relaté samedi les médias outre-Atlantique. Arrêté vendredi pour homicide involontaire aggravé, l’employé a été relâché le lendemain après avoir versé une caution de 50.000 dollars (soit 45.000 euros environ), mais il comparaîtra devant la justice ultérieurement.