Plein écran
© Dr.

Hôtel en Egypte évacué après la mort de deux touristes: 18 Belges concernés

UpdateLe tour-opérateur Thomas Cook a évacué vendredi ses clients d'un hôtel égyptien situé sur la côte de la Mer Rouge. Deux touristes britanniques qui y logeaient sont décédés mardi et d'autres voyageurs sont tombés malades. Parmi les personnes évacuées figurent 18 Belges, mais tous se portent bien, a précisé la filiale belge du groupe. Ceux-ci ont décidé de poursuivre leur séjour.

"Dix-huit de nos vacanciers séjournent sur place; nous avons décidé de les évacuer", a confirmé vendredi Claire Gennart de Thomas Cook Belgique. "Ils ont été déplacés vers un autre hôtel mais ont la possibilité d'être rapatriés s'ils le souhaitent." Aucun client belge n'a toutefois choisi cette option. Tous se portent bien et poursuivront donc leurs vacances à Hurghada.

Le groupe a publié un communiqué dans la nuit de jeudi et vendredi dans lequel il se dit "très attristé par la mort tragique de deux clients qui séjournaient au Steigenberger Aqua Magic Hotel à Hourghada", une station balnéaire sur la côte de la Mer Rouge en Egypte.

"Nombre anormalement élevé de malades"
D'après la presse britannique, les défunts étaient un couple de sexagénaires venant de Burnley, dans le nord de l'Angleterre. "Les circonstances de leurs morts ne sont pas encore établies. Nous avons aussi reçu des informations sur un nombre anormalement élevé de malades parmi les clients. Comme la sûreté est notre préoccupation première, nous avons la pris la décision d'évacuer tous les clients de cet hôtel", a expliqué Thomas Cook.

La BBC a assuré que 301 clients du voyagiste étaient concernés. Ces touristes vont être transférés dans un autre hôtel d'Hourghada ou ils pourront décider de rentrer chez eux dès ce vendredi s'ils préfèrent.

"Nous continuons de travailler avec l'hôtel et soutenons les autorités dans leurs enquêtes. Le Steigenberger Aqua Magic Hotel a été contrôlé par Thomas Cook pour la dernière fois à la fin juillet 2018 et a reçu un taux d'approbation de 96%", a souligné le voyagiste.

Tout motif criminel écarté
Les autorités égyptiennes n'ont pu être jointes dans l'immédiat vendredi après cet ordre d'évacuation. Jeudi, le gouverneur de la mer Rouge Ahmad Abdallah a annoncé la mort mardi des deux touristes britanniques à Hourghada, en écartant "tout motif criminel".

"Le mari a été transporté à l'hôpital après avoir été pris de fatigue et il est mort là-bas. Lorsque sa femme, qui se trouvait à l'hôtel, a été informée de son décès elle a subi un choc nerveux et est morte également selon le rapport médical préliminaire", a dit à l'AFP le gouverneur.

Selon lui, "le couple était âgé et de nombreux médicaments ont été trouvés dans leur chambre, entre autres pour la tension et le diabète". Il n'a pas précisé leur âge. La fille du couple, qui devait quitter le jour du drame la station balnéaire, a été convoquée par le parquet pour interrogatoire, a-t-il poursuivi. Le parquet a décidé de pratiquer une autopsie du corps de la femme pour "s'assurer des causes du décès".

Tui ne rapatriera pas ses clients

"Nous suivons l'enquête de près mais nous n'avons aucune indication que l'hôtel ait commis une faute", a précisé le porte-parole Piet Demeyere. "Nos clients ne nous ont par ailleurs pas demandé de quitter l'hôtel. Nous n'allons donc pas aller à l'encontre de leur volonté". 

Tui a également dans cet hôtel des clients d'autres nationalités qui resteront aussi sur place.

  1. Une journaliste de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multiplient en France
    Play

    Une journalis­te de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multi­plient en France

    De nombreuses voix ont dénoncé mercredi en France de nouvelles convocations de journalistes par les services secrets pour des affaires touchant de près le régime du président Emmanuel Macron. Dernière en date, une journaliste de l'émission "Quotidien", sur la chaîne de télévision TMC, a révélé mercredi soir avoir été convoquée en février par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite.