Plein écran
© AFP

Huawei aura bientôt son propre système d'exploitation

Huawei déploiera d'ici le printemps 2020 au plus tard son propre système d'exploitation, selon les déclarations d'un de ses dirigeants. Le géant chinois de l'électronique et des télécommunications ne peut en effet plus compter sur le système Android, développé par Google, qui équipe l'immense majorité des smartphones dans le monde. 

L'administration Trump a en effet interdit la semaine dernière aux entreprises américaines de vendre des équipements de pointe à Huawei, qu'elle soupçonne d'espionnage au profit de Pékin.


À en croire Yu Chengdong, le patron de la division consommateurs de l'entreprise chinoise, un système d'exploitation propre à Huawei verra bientôt le jour, non seulement pour les smartphones mais aussi pour les ordinateurs, les tablettes, les télévisions, les voitures et les 'smartwear' comme les montres connectées.

Dès l’automne?

Il sera déployé au plus tôt cet automne et au plus tard d'ici au printemps prochain, a affirmé ce dirigeant dans un article du média chinois Phoenix iFeng Tech publié mardi soir. Le logiciel sera en outre compatible avec des applications Android, assure-t-il.

Yu Chengdong avait encore affirmé en mars dernier au quotidien allemand Die Welt que son entreprise travaillait à son propre système d'exploitation dans le cas où des sociétés américaines ne pourraient plus fournir leurs technologies à Huawei en raison d'un embargo commercial. Il avait alors parlé d'un "plan B" et indiqué préférer les systèmes de Google et de Microsoft (Windows). 

  1. Top jobs européens: Ursula von der Leyen face au verdict du Parlement européen

    Top jobs européens: Ursula von der Leyen face au verdict du Parlement européen

    Deux semaines auront-elles suffi à Ursula von der Leyen pour convaincre les eurodéputés? Les élus vont décider mardi soir s'ils élisent ou non la ministre allemande à la tête de la Commission européenne lors d'un vote couperet, car il n'offre pas de seconde chance. L'attitude des élus eurosceptiques pourrait être déterminante. Ils pourraient faire pencher la balance en sa faveur mais ce soutien serait embarrassant pour la prochaine présidente de la Commission.
  2. Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un tribunal de la ville allemande de Krefeld, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a condamné lundi le "guérisseur" du cancer Klaus Ross, 62 ans, à deux ans de prison avec sursis. Celui dont le centre pour le traitement du cancer a été fermé il y a quelques années est tenu pour responsable de la mort de trois patients, dont une femme belge. Le ministère public allemand avait requis une peine de trois ans de prison.