Image d'illustration
Plein écran
Image d'illustration © AFP

Il risque la prison pour avoir enfreint le confinement à douze reprises

FranceUn habitant de Nangis, en Seine-et-Marne, a enfreint le confinement à douze reprises en seulement une semaine. Il a été placé en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui, rapporte Le Parisien.

Le confinement des Français, pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19, a été mis en place le mardi 17 mars. Une semaine plus tard, un jeune homme de 18 ans avait été contrôlé sept fois par le peloton de surveillance et d’intervention de la compagnie de gendarmerie de Provins (Psig) et quatre fois par les militaires de la brigade de gendarmerie de Nangis.

À chaque fois, l’individu n’avait pas son attestation de déplacement et se promenait seul dans les rues de Nangis. Il a reçu onze contraventions à hauteur de 135 euros, soit un total de 1485 euros. Visiblement, cela ne suffisait pas à l’empêcher de sortir. Le jeune homme, dont le casier judiciaire est vide, a donc été placé une première fois en garde à vue lundi pour mise en danger de la vie d’autrui.

Le lendemain de cette arrestation, les gendarmes ont retrouvé la même personne, toujours dans les rues de Nangis, sans attestation. Placé une seconde fois en garde à vue, le Nangissien a cette fois reçu une convocation devant le tribunal correctionnel de Melun. Il encourt une peine d’emprisonnement et une lourde amende.

En début de semaine, un habitant de la Loire, avec un casier judiciaire chargé, a été condamné à quatre mois de prison ferme, après avoir été verbalisé à huit reprises pour non-respect des obligations de confinement.

  1. Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”
    Play

    Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimati­on n’ont pas respecté le confine­ment”

    Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.