Plein écran
© AP

“Ils auraient dû alerter la police plus vite”: le garçon vu avec Théo témoigne

Les recherches pour retrouver le Belge porté disparu en Australie ont repris à 11h00 (03h00 HB) à Byron Bay, station balnéaire où il a été aperçu pour la dernière fois le 31 mai. Les policiers, accompagnés de volontaires et de chiens renifleurs, sont à la recherche d’objets personnels qui pourraient appartenir au jeune homme, dont son téléphone portable.

Théo Hayez, 18 ans, séjournait à l’auberge WakeUp! lorsqu’il a disparu le 31 mai dernier. Normalement, il aurait dû quitter l'établissement le 3 juin. Pourtant, le personnel n’a signalé sa disparition que trois jours plus tard, le 6 juin.

Antoine Van Laethem, un voyageur belge originaire de Bruxelles, a séjourné dans la même auberge que Théo. C’est lui qui l’accompagne sur les images filmées la nuit de la disparition du jeune homme. Aujourd'hui, Antoine s’en prend aux gérants de l’auberge. “Si quelqu’un ne se présente pas, vous pouvez commencer à vous poser des questions après une journée", a-t-il lancé au micro d’ABC News. “Ils auraient dû alerter la police à partir du moment où Théo ne s’est pas présenté le 3 juin, au lieu de le faire trois jours plus tard”. Interrogé par les journalistes, le personnel de l’auberge de jeunesse n’a pas souhaité répondre à ces accusations.  

Recherches autour du phare

Les recherches mercredi se concentraient toujours sur les alentours du phare de Byron Bay, où un dernier signal du téléphone portable de Théo Hayez (18 ans) a été enregistré par une borne. Les fouilles ont toutefois été déplacées légèrement vers un versant d’une falaise à l’ouest du phare, entre le lieu dit “The Pass” et le phare.

Des ressources policières spéciales ont été engagées pour mener les recherches, dont des chiens renifleurs, a confirmé à l’agence Belga une porte-parole de la police de l’État de Nouvelle-Galles du Sud. Les opérations “très intenses” portent sur des zones couvertes par du bush, de l’eau ou des falaises, a décrit mardi l’inspecteur de la police de Byron Bay Matt Kehoe dans les médias australiens. “Notre inquiétude est qu’il n’y a eu aucune activé sur les réseaux sociaux, pas d’activité téléphonique et pas de transaction financière depuis un certain temps”, a-t-il commenté pour le Herald Sun . “Nous ne pouvons rien exclure à ce stade. “

L’inspecteur a précisé que les recherches se concentraient sur tout “élément de preuve” en lien avec le jeune Belge. “Nous avons connaissance de son téléphone, mais nous ne limitons pas nos recherches au téléphone”, a-t-il déclaré au Sydney Morning Herald.

Lors d’une conférence de presse lundi, la police australienne a confirmé qu’un dernier signal du GSM de Théo Hayez avait été enregistré le 1er juin à 13h42, plus de 12 heures après qu’il eut été aperçu pour la dernière fois au sortir d’une boite de nuit le 31 mai vers 23h30. (lire la suite sous l’image)

Plein écran
Les dernières images de Théo Hayez quittant une discothèque de Byron Bay © VTM

WhatsApp a consenti à collaborer avec la police australienne 

À la suite de l’appel lancé par le père du disparu, Laurent Hayez, le service de messagerie WhatsApp a consenti à collaborer avec la police australienne pour faire avancer l’enquête. La police belge se concentre, elle, sur les personnes avec lesquelles Théo Hayez a été en contact avant sa disparition. La police australienne collabore avec la cellule des personnes portées disparues en Belgique, a indiqué une source proche du dossier à Belga.

Les autorités australiennes “font tout ce qui est possible et de façon très professionnelle, la confiance et là, c’est important. Il y a un très bon contact entre la famille et la police”, a déclaré cette source. “Les recherche sont dynamiques, des éléments s’ajoutent tous les jours”, a-t-elle ajouté, soulignant la “bonne volonté d’autres grands acteurs internationaux pour fournir des informations à la police”.

Des volontaires ont effectué des recherches

Mercredi, des recherches ont aussi été menées par des volontaires au nord de la plage de Belongil, qui fait face à l’hôtel où le jeune homme avait loué une chambre, une initiative lancée par la communauté de Byron Bay indépendamment de la police.

L’ambassadeur belge en Australie, Marc Mullie, était présent à Byron Bay pour assister les proches de Théo Hayez de jeudi à dimanche. Il a été relayé par un collaborateur depuis.