Plein écran
© photo_news

Ils dévalisent la salle des coffres en creusant un tunnel

VideoUn cambriolage digne du "casse du siècle" de la bande à Albert Spaggiari s'est déroulé ce week-end à Bessières, une petite ville de Haute-Garonne.

La petite ville de Bessières, 3.000 habitants, est sous le choc. La banque de la localité a été dévalisée à la façon du "gang des égoutiers" qui, en 1976, avait vidé la salle des coffres d'une banque niçoise en creusent un tunnel depuis les égoûts et emporté 50 millions de francs français, soit l'équivalent de 31 millions d'euros.

"Les malfaiteurs ont pénétré dans la salle des coffres située en sous-sol,  en passant par un tunnel qu'ils avaient creusé sous terre dans le prolongement d'une canalisation d'évacuation des eaux", a raconté à l'AFP le procureur à Toulouse Michel Valet. Ce n'est que mardi que l'alerte a été donnée, à la réouverture de l'agence - fermée depuis samedi.

Les malfrats ont profité d'une panne de secteur de la téléphonie pour commettre leur forfait. Dans la nuit de samedi à dimanche, plusieurs incendies volontaires ont détruit des centrales téléphoniques de la région, la privant de tout moyen de communication. "On ne sait pas si un lien peut être fait entre ces affaires", a simplement commenté un officier de la gendarmerie, au tout début de l'enquête. "On est en droit de se poser très sérieusement la question", a déclaré de son côté le procureur, du fait de la concomitance des trois faits.

Pour l'heure, les enquêteurs n'avaient aucune piste. Mardi, des spécialistes en spéléologie de la gendarmerie exploraient la galerie à la recherche d'indices, tandis que le parquet ne pouvait évaluer le montant du butin, ignorant le contenu de chacun des coffres vidés, sans arme, sans violence et sans haine (?). Spaggiari n'aurait pas dit mieux.

Plein écran
Albert Spaggiari était le cerveau du "casse du siècle" de la Société Générale, le 18 juillet 1976 à Nice. (Capture d'écran) © Youtube