Plein écran
© Photo News

Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

Terrible sentence pour deux employés d’un hypermarché Cora. Rien dans leur contrat de travail ne mentionnait pourtant l’obligation dominicale, relate Europe 1... 

Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ. 

“Se faire jeter comme une malpropre”

“Refuser de venir travailler le dimanche, ce n’est pas une faute grave. Je ne pensais pas qu’on m’aurait virée comme ça au bout de 18 ans de boîte. Je trouve que le dimanche doit être consacré à la vie de famille, à un loisir. OK pour le volontariat mais on ne doit pas forcer les gens à travailler le dimanche. Je suis dégoûtée, je suis en colère. Se faire jeter comme une malpropre… Ça me sidère, ça me met hors de moi”, confie Christelle Lorant à Europe 1. 

L’affaire devant les prud’hommes

Un second employé, dont l’identité n’a pas été dévoilée, a également payé cher son refus de se soumettre aux demandes de l’entreprise. Il travaillait depuis huit ans au rayon crèmerie, relate France Bleu. Cora n’a pas procédé à un appel aux volontaires, contrairement à la procédure d’usage. 

Les deux employés ont décidé de porter l’affaire devant  les prud’hommes (tribunal du travail). 

Contactée par Europe 1, la direction de Cora n’a pas souhaité commenter l’affaire. 

L’article d’Europe 1