Plein écran
Illustration © thinkstock

Incendie criminel contre la résidence d'un ministre en Grèce

Un incendie criminel a visé la résidence du ministre d'Etat grec Alekos Flambouraris à Athènes, provoquant des dégâts sur la façade du bâtiment, a-t-on appris samedi de source policière.

Un bidon d'essence posé devant sa résidence, une maison à deux étages située dans le quartier d'Exarchia près du centre d'Athènes, s'est embrasé tôt vendredi matin, selon la même source.

L'un des principaux cadres du parti de la gauche radicale Syriza au pouvoir, député et ministre d'Etat, chargé de la coordination du gouvernement, Alekos Flambouraris est aussi considéré comme le mentor du Premier ministre Alexis Tsipras.

La porte-parole du gouvernement Olga Gerovassili a condamné un acte "visant personnellement Alekos Flambouraris".

"Cette action provocatrice ne va pas arrêter le travail du gouvernement", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Alekos Flambouraris avait récemment été mis en cause par certains médias et des partis de l'opposition en Grèce pour un possible conflit d'intérêt. Selon ces accusations, il aurait été l'actionnaire d'une société ayant remporté un appel d'offres pour la construction d'un ouvrage public au moment où il avait été nommé ministre en janvier 2015, ce que M. Flambouraris a rejeté.

Les mini-attentats contre des banques, des agences étrangères, des cibles diplomatiques ou gouvernementales sont fréquents en Grèce, imputées par la police à de petits groupes extrémistes.

  1. Une journaliste de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multiplient en France
    Play

    Une journalis­te de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multi­plient en France

    De nombreuses voix ont dénoncé mercredi en France de nouvelles convocations de journalistes par les services secrets pour des affaires touchant de près le régime du président Emmanuel Macron. Dernière en date, une journaliste de l'émission "Quotidien", sur la chaîne de télévision TMC, a révélé mercredi soir avoir été convoquée en février par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite.