La Belgique a pris la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'ONU pour un mois.
Plein écran
La Belgique a pris la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'ONU pour un mois. © Photo News

Israël convoque un diplomate belge pour la 2e fois en une semaine

Le gouvernement israélien a convoqué mardi, pour la seconde fois en une semaine, le N.2 de l'ambassade belge en Israël pour dénoncer la décision de la Belgique d'inviter un dirigeant d'une ONG "pro-palestinienne" à prononcer un discours au Conseil de sécurité de l'ONU. L'information est confirmée mercredi par le SPF Affaires étrangères.

L'ambassadeur suppléant de Belgique, Pascal Buffin, a été convoqué aux Affaires étrangères israéliennes à Jérusalem par la directrice de la section européenne, ont indiqué des sources diplomatiques à l'AFP. Israël reproche à la Belgique, qui a pris la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'ONU pour un mois, d'y avoir invité fin février à s'exprimer, Brad Parker, un responsable de Defense for children International - Palestine (DCI-P). Cette ONG affirme défendre les droits des enfants dans les Territoires palestiniens occupés par Israël.

Les autorités israéliennes accusent l'ONG DCI-P d'avoir eu par le passé, dans ses conseils d'administration, des membres affiliés au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation considérée comme terroriste par l'Union européenne, les États-Unis et Israël. Israël accuse plus particulièrement M. Parker, un responsable de l'ONG à Ramallah, en Cisjordanie occupée, de publier des contenus "anti-israéliens" sur les réseaux sociaux. "Il est connu pour ses positions extrêmes contre Israël", a déclaré le porte-parole du ministère Lior Haiat.

L'ambassadeur d'Israël en Belgique, Emmanuel Nahshon, estime que notre pays aurait dû retirer l'invitation à DCI-P. "La Belgique a invité à un débat au Conseil de sécurité des Nations Unies une ONG liée au terrorisme. L'inquiétude de la Belgique pour les enfants ne couvre pas les petits Israéliens victimes de roquettes du Hamas", a-t-il déclaré mardi sur Twitter. "L'invitation à DCI-P aurait dû être annulée".

Les droits des enfants dans les conflits, “un thème traditionnel au sein de la diplomatie belge”

M. Nahshon avait été rappelé à l'ordre par les Affaires étrangères la semaine dernière pour des déclarations sur Twitter. "Nous ne trouvons pas cela approprié pour quelqu'un qui représente officiellement son pays, nous lui en avons donc fait part à Bruxelles", a-t-on avancé vendredi dernier au SPF Affaires étrangères. 

Benjamin Nahshon n'a pas une nouvelle fois été rappelé à l'ordre, explique mercredi Arnaud Gaspart du SPF Affaires étrangères. "Aucun nouvelle évolution n'est à noter dans cette affaire". Le SPF ne tient pas à préciser si la Belgique va donner suite à la demande de retrait de l'invitation à DCI-P et ne désire pas plus faire de commentaires à propos des relations diplomatiques entre Israël et la Belgique.

La semaine dernière, les Affaires étrangères avaient souligné le fait que les droits des enfants dans les conflits armés "sont un thème traditionnel au sein de la diplomatie belge" et que l'ONG en question a collaboré avec l'Unicef, l'Unesco et le Conseil de l'Europe.

  1. Un bourgmestre néerlandais prie les touristes belges de rester chez eux

    Un bourgme­stre néer­landais prie les touristes belges de rester chez eux

    Le bourgmestre de la commune néerlandaise de Hulst, située dans la province de Zélande, demande mardi aux touristes belges de rester à l'écart des polders de sa commune. Un grand nombre de Belges a traversé la frontière ces derniers jours pour des balades ou promenades à vélo. "Ce n'est pas autorisé", affirment en chœur les bourgmestres des communes belges de Beveren, Saint-Gilles-Waes et Stekene (Flandre orientale).
  2. La folle histoire d’un couple en lune de miel confiné sur une île aux Maldives

    La folle histoire d’un couple en lune de miel confiné sur une île aux Maldives

    Depuis le 22 mars dernier, Olivia et Raul de Freitas, un couple originaire d’Afrique du Sud, sont en lune de miel sur une île des Maldives. En pleine pandémie de coronavirus, les jeunes mariés n’ont pas pu rentrer dans leur pays, car leur avion a été annulé. Ils ont donc été coincés pendant plusieurs jours dans leur hôtel de luxe maldivien. Récit d’une folle histoire délivrée par le New York Times.