Plein écran
© afp

Ivanka Trump ne briguera pas la présidence de la Banque mondiale

Ivanka, la fille et conseillère du président américain Donald Trump, va aider les Etats-Unis à choisir leur candidat à la présidence de la Banque mondiale, mais ce ne sera pas elle, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le secrétaire général de la Maison Blanche par intérim Mick Mulvaney "ont demandé à Ivanka Trump d'aider au processus de nomination des Etats-Unis, parce qu'elle a travaillé étroitement avec la direction de la Banque mondiale ces deux dernières années, néanmoins les informations selon lesquelles elle pourrait elle-même être nommée sont fausses", souligne le communiqué.

Jim Yong Kim a abruptement quitté son poste la semaine dernière, plus de trois ans avant la fin de son second mandat, pour prendre un poste dans le privé.

Les Etats-Unis désignent traditionnellement le président de l'institution de financement des pays en voie de développement, laissant aux Européens le soin de choisir le patron de l'institution soeur, le Fonds monétaire international (FMI).

Cette tradition respectée depuis la naissance des institutions de Bretton Woods en 1944, dont les Américains et les Européens sont les principaux actionnaires, rencontre de plus en plus de critiques des pays émergents et de nombreuses ONG.

La Maison Blanche a rappelé les initiatives d'Ivanka Trump dans le domaine du développement.
Au G20 de Hambourg en 2017, la Banque mondiale et la fille du président américain ont lancé un fonds d'aide de 1,6 milliard de dollars pour aider les femmes des pays en voie de développement à créer des entreprises.

Le Financial Times avait évoqué le nom d'Ivanka Trump pour la présidence de la Banque mondiale, mais sans citer de sources.
Les noms de David Malpass, un des hauts responsables du Trésor, ainsi que de l'ancienne ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley sont aussi cités.

Les candidats à la présidence de la Banque mondiale devront soumettre leur dossier entre le 7 février et le 14 mars, avait indiqué l'institution, précisant que la nomination de son nouveau dirigeant ou de sa future dirigeante interviendrait avant les réunions de printemps, qui se tiennent la semaine du 8 avril.

La Banque a en outre affirmé qu'elle s'engageait à assurer "un processus de sélection transparent, ouvert et basé sur le mérite". Elle entend ainsi publier avant le vote la liste des trois candidats retenus, avec leur accord.