Plein écran
© phuket101/getty

"J'ai vécu l'enfer": une touriste emprisonnée en Thaïlande à cause de sa cigarette électronique

Une touriste française a été emprisonnée pendant la majorité de ses vacances en Thaïlande, à cause d'une simple cigarette électronique...

Du rêve au cauchemar, ou plutôt "du paradis à l'enfer" selon ses propres termes. Cécilia se faisait une joie de partir en vacances pour la première fois avec toute sa famille et son fiancé. La destination a de quoi faire saliver: la Thaïlande. "Tout paraissait si beau", se souvient-elle. Débarquée le 28 janvier dernier à Karon, sur la côte ouest de Phuket, toute la famille varoise profitera de ce cadre idyllique pendant 48 heures seulement. Avant que les vacances prennent un tout autre tournant.

"J'étais sur un scooter avec mon fiancé, mes parents et mon frère nous suivaient. J'avais à la main ma cigarette électronique. Quatre policiers nous ont arrêtés. Ils m'ont arraché des mains la vapoteuse en nous réclamant 40.000 bahts (1.132 euros). J'ai refusé de payer", raconte-t-elle à Var-Matin.

Une amende de... 23 euros, mais 8.000 euros de pots-de-vin

Citation

On dormait par terre sur un sol terreux, très sale, sans matelas, sans draps

Cécilia

Menottée par les forces de l'ordre, la femme de 31 ans est emmenée au commissariat. Le début du calvaire. Pour accélérer la procédure, les parents n'ont pas d'autre choix que de verser des pots-de-vin aux avocats, juges et policiers. Le procès a finalement lieu le 7 février, plus d'une semaine après l'arrestation. La Varoise est condamnée à payer l'équivalent de 23 euros. Une somme dérisoire, mais qui contrebalance avec les 8.000 euros dépensés au total pour acheter les différents étages de l'administration.

Cécilia se rend compte en allant chercher son passeport qu'elle n'est pas au bout de ses surprises. La Française fait maintenant face à une mesure d'expulsion. Elle doit être transférée à Bangkok avant de passer quatre jours et trois nuits en prison, dans des conditions déplorables.

"La Thaïlande, plus jamais!"

"On dormait par terre sur un sol terreux, très sale, sans matelas, sans draps. Les repas étaient constitués de vieilles carcasses de poulet et du riz immangeable. La nourriture était jetée par des fentes à travers le grillage comme dans les cachots du Moyen-Âge. Pour boire, c'était dans de vieux pots de peinture. J'ai vécu l'enfer", relate celle qui devait également cacher dans son soutien-gorge l'argent destiné à payer son vol retour.

Cécilia voit enfin le bout du tunnel en embarquant mi-février dans un vol direction la France. Et elle promet: "La Thaïlande, plus jamais!"

  1. Reprise des traitements de Vincent Lambert: “Du sadisme pur”
    Mise à jour

    Les parents de Vincent Lambert obtiennent la reprise des soins en appel: “Du sadisme pur”

    La cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements visant à le maintenir en vie, interrompus depuis lundi matin, jusqu’à ce qu’un comité de l’ONU se prononce sur le fond de son dossier. Les avocats des parents du Français Vincent Lambert sont attendus mardi matin au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise, au moins provisoire, des soins.