Plein écran
Le Premier ministre flamand Jan Jambon le premier jour de la mission économique en Chine. © BELGA

Jambon soulèvera "prudemment" la question des droits humains en Chine

La mission économique actuellement menée en Chine n’échappe pas à son lot de critiques, certains la jugeant peu opportune alors que la tension ne fait qu’augmenter à Hong Kong. Le ministre-président flamand affirme avoir mis la question des droits humains à l’agenda lors de ses rencontres politiques avec les autorités chinoises. Cependant, il estime que la Flandre doit être consciente de son rang. “Pour pouvoir réellement faire une différence, il faut s’en remettre à l’Europe.”

Pour lui, une annulation de la mission en raison de la situation à Hong Kong n’aurait eu aucun impact pour la population locale. Et cela n’aurait pas non plus impressionné les autorités chinoises, affirme-t-il.

Par contre, pour les entreprises, cette mission peut réellement faire une différence. “C’est ici que cela se passe, le pays offre des opportunités sans fin.” Que la mission soit emmenée par une représentante de la famille royale, en l’occurrence la princesse Astrid, est également un plus, reconnaît-il. “Dans certaines cultures, dont la chinoise, une telle présence ouvre des portes.”

Bruxelles, plus connu que la Belgique

Plus étonnant, le nationaliste affirme qu’en Chine, ni la Flandre ni la Belgique ne sont réellement des marques connues, mais que c’est bien Bruxelles qui attire l’attention. 

Plein écran
la princesse Astrid, Didier Reynders, Pieter De Crem, Willy Borsus, Pascal Smet et Jan Jambon en Chine. © BELGA