Plein écran
La saisissante image de Sharbat Gula, avec ses grands yeux verts mis en valeur par son foulard rouge, avait été prise dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan par le photographe américain Steve McCurry. © ap

L'Afghane aux yeux verts a finalement été libérée

PakistanLa jeune Afghane aux yeux verts, rendue célèbre par un portrait d'elle paru en 1984 en couverture du magazine National Geographic, a été libérée après 10 jours de détention au Pakistan pour détention de faux papiers, a fait savoir vendredi sur Facebook l'ambassadeur afghan au Pakistan, Omar Zakhilwal. Lundi, Sharbat Gula pourrait déjà rentrer dans son pays d'origine où le président Ashraf Ghani l'accueillera personnellement.

Plein écran
© epa
Plein écran
© reuters
Plein écran
© epa

La jeune Afghane avait été arrêtée la semaine dernière, accusée, comme des milliers d'autres réfugiés afghans au Pakistan, d'avoir obtenu frauduleusement une carte d'identité pakistanaise. La saisissante image de Sharbat Gula, avec ses grands yeux verts mis en valeur par son foulard rouge, avait été prise dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan par le photographe américain Steve McCurry.

Icône
Publiée en 1984, elle a compté parmi les Unes les plus connues de l'histoire du magazine américain National Geographic et avait propulsé l'adolescente au rang d'icône du peuple afghan, alors sous occupation soviétique.

Le Premier ministre pakistanais intervient
Le ministre de l'Intérieur Chaudhry Nisar Ali Khan avait assuré dimanche qu'il allait "revoir cette affaire (...) sous un angle humanitaire", laissant entendre que Mme Gula serait rapidement libérée. Mais mercredi, un juge dans la ville de Peshawar a rejeté la demande de libération conditionnelle, se disant peu convaincu par les arguments de la défense. L'ambassadeur afghan à Islamabad, Omar Zakhirwal, avait alors demandé au Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif d'intervenir. Sharbat Gula souffre d'hépatite et Kaboul a promis de l'aider à rentrer en Afghanistan, avait déclaré Zakhirwal.

Le Pakistan a l'intention de renvoyer quelque 2,5 millions de réfugiés afghans qui se trouvent sur son territoire, estimant qu'ils représentent un fardeau insupportable pour l'économie du pays.