Plein écran
La région d'Uttar Pradesh © ap

L'alcool frelaté fait une centaine de morts en un weekend, en Inde

Une centaine de personnes ont succombé à de l'alcool frelaté au cours du weekend en Inde, déclenchant une vaste opération policière contre les distilleries clandestines, ont rapporté lundi les autorités et la presse locales.

De nombreuses victimes restent hospitalisées dans une zone à cheval sur les États d'Uttar Pradesh et d'Uttarakhand (nord), située à 150 kilomètres au nord de la capitale New Delhi, région qui a enregistré une avalanche de décès dus à l'alcool clandestin depuis vendredi soir.

Un bilan qui s'alourdit
D'après les médias indiens, le bilan s'élève à 116 morts depuis vendredi et pourrait être amené à s'alourdir.

Contrebande
Plus de 3.000 personnes soupçonnées d'être liées à la contrebande d'alcool ont été arrêtées en réponse à cette hécatombe, ont indiqué les autorités d'Uttar Pradesh.

"La plupart des morts sont survenues au cours du week-end et de nombreuses personnes des villages alentour sont traitées dans les hôpitaux locaux", a déclaré Shailendra Kumar Sharma, porte-parole de la police du district de Saharanpur en Uttar Pradesh, qui a recensé 59 décès.

Consommation de méthanol
Des centaines d'Indiens pauvres meurent chaque année après avoir consommé de l'alcool frelaté bon marché. Les contrebandiers ajoutent souvent du méthanol - un alcool hautement toxique parfois utilisé comme antigel - dans leur breuvage afin de le corser.

  1. Une journaliste de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multiplient en France

    Une journalis­te de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multi­plient en France

    De nombreuses voix ont dénoncé mercredi en France de nouvelles convocations de journalistes par les services secrets pour des affaires touchant de près le régime du président Emmanuel Macron. Dernière en date, une journaliste de l'émission "Quotidien", sur la chaîne de télévision TMC, a révélé mercredi soir avoir été convoquée en février par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite.