Plein écran
Archives © epa

L'alerte dans l'avion Virgin due à un passager ivre

UpdateUn passager ivre à bord d'un avion de Virgin Australia à destination de Bali a provoqué vendredi une alerte au détournement en cognant violemment contre la porte du cockpit, ont annoncé les autorités. Le passager a été arrêté, a ajouté la police.

Des forces de l'ordre avaient été déployées sur l'aéroport de l'île indonésienne, prisée des touristes, et les vols retardés à la suite d'informations faisant état d'une tentative de détournement d'un appareil Virgin Australia en provenance de Brisbane (côte est de l'Australie).

Malentendu
La police et les forces aériennes ont avancé dans un premier temps que l'appareil avait été détourné, mais Virgin Australia a indiqué que l'alerte avait été provoquée par ce passager ivre qui frappait avec force à la porte du cockpit.

Démenti
"Il ne s'agit pas d'un détournement, c'est un malentendu. Personne n'a été blessé et personne n'est en danger", a déclaré Heru Sudjatmiko, un responsable de la compagnie aérienne à l'aéroport de Denpasar. "Il s'agissait d'une personne ivre (...). Une trop grande consommation d'alcool l'a fait agir de manière agressive".

Arrestation
L'homme a tenté d'entrer dans le cockpit en tapant contre la porte, mais il n'y est pas parvenu, a poursuivi le responsable. L'équipage est parvenu à le maîtriser, lui a passé des menottes et l'a assis au fond de l'avion, jusqu'à ce qu'il soit débarqué par les autorités indonésiennes.

Panique
"Le commandant de bord de mon avion a fait une annonce pour dire que nous allions être retardés car un détournement s'était produit à l'aéroport de Bali", a raconté Palani Mohan, le passager d'un appareil de la compagnie Garuda, qui se trouvait à proximité. "J'ai vu au moins cinq véhicules, dont des camions militaires, remplis d'hommes en uniforme qui se précipitaient vers l'avion", a-t-il ajouté.

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.