Plein écran
© afp

L'Allemagne approuve l'envoi de soldats au Mali

Le gouvernement allemand a approuvé mardi l'envoi de soldats en soutien à la mission internationale pour sécuriser le Mali, fixant à 330 militaires de la Bundeswehr le seuil maximum de sa contribution, lors d'un conseil des ministres.

Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters
Plein écran
© epa

Jusqu'à 180 soldats au maximum participeront à la mission de formation et de conseil à l'armée malienne de l'Union européenne (EUTM), a indiqué le gouvernement dans un communiqué. Parmi eux, jusqu'à 40 formateurs et 40 secouristes pourront être mis à disposition. Un maximum de 100 autres soldats pourront s'ajouter pour une mission de soutien pour notamment l'approvisionnement en eau ou en énergie.

Selon des sources européennes, la contribution allemande à cette mission est la deuxième plus importante, derrière la France. "Les soldats déployés ne participeront à aucun combat ou opération militaire", a souligné le gouvernement allemand dans son communiqué.

Par ailleurs, jusqu'à 150 soldats de la Bundeswehr pourront participer à une mission de transport aérien en soutien à l'armée française. Il s'agirait de transports de troupes africaines ou françaises et de ravitaillement d'avions français en carburant.

"L'Allemagne apporte son aide maintenant pour que le succès français se maintienne dans la durée", a souligné le ministre de la Défense Thomas de Maizière. "Nous, Européens, avons un intérêt fondamental à ce qu'aucun havre pour le terrorisme mondial ne se crée dans notre voisinage", a souligné son collègue des Affaires étrangères Guido Westerwelle.

Le Bundestag doit se prononcer vendredi sur le projet de mandat. Mais un feu vert est d'ores et déjà acquis.

Ce mandat pour l'intervention au Mali porte sur une durée d'un an mais pourra être prolongé, a souligné un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Andreas Peschke. "La formation (des troupes maliennes) durera aussi longtemps que nécessaire", a-t-il affirmé, soulignant l'engagement de Berlin dans la durée.

Un porte-parole du ministère de la Défense, Christian Dienst, a indiqué que le coût de l'intervention allemande au Mali était évalué à un total de 55,5 millions d'euros sur douze mois.

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE nt formellement approuvé lundi le lancement de l'EUTM, dont les premiers experts sont déjà à pied d'oeuvre à Bamako.

Sur le terrain, un premier contingent de 70 militaires européens est arrivé le 8 février à Bamako, où il sera rejoint dans les prochaines semaines par plus de 400 autres, dont quelque 200 formateurs.

Au moins seize pays de l'UE - dont la Belgique, avec deux hélicoptères d'évacuation médicale - ont annoncé leur participation à cette mission, avec la France comme nation-cadre.