"L'ambassade de Belgique à Téhéran n'accueille pas de manifestants"

"L'ambassade de Belgique à Téhéran n'ouvrira pas ses portes aux manifestants de l'opposition pour qu'ils y trouvent refuge", a indiqué dimanche à l'Agence BELGA le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bart Ouvry, démentant des informations diffusées sur internet selon lesquelles les représentations de plusieurs pays, dont la Belgique, seraient disposées à accueillir des manifestants iraniens.

"Ce n'est pas le cas de l'ambassade de Belgique à Téhéran"
Une liste d'ambassades acceptant les réfugiés blessés à Téhéran circule sur internet: elle comprend notamment la Belgique, l'Australie, la Finlande, l'Allemagne, la France et le Mexique. "Ce n'est pas le cas de l'ambassade de Belgique à Téhéran", a affirmé dimanche après-midi M. Ouvry, en réaction à ces informations.

"Contacté à Téhéran, l'ambassadeur de Belgique a démenti que la chancellerie belge puisse accueillir des manifestants iraniens", a déclaré M. Ouvry. La Suède ne figure pas directement sur cette liste mais dans les commentaires qui l'accompagnent, un internaute donne l'adresse de l'ambassade suédoise à Téhéran.

Rumeurs
Quelques mails, réclamant l'ouverture des portes aux manifestants, ont bien été envoyés samedi à l'ambassade de Suède en Iran depuis la Suède, a indiqué dimanche le ministère suédois des Affaires étrangères précisant que "cela demande une décision politique et aujourd'hui, nous ne pouvons pas donner asile sur le territoire de l'ambassade".

Un quotidien danois a indiqué que l'ambassade du Danemark a reçu le même type de mails en provenance de son territoire national, mais également d'autres pays. (belga/th)

  1. François De Rugy contre-attaque, Mediapart annonce de nouvelles révélations

    François De Rugy con­tre-attaque, Mediapart annonce de nouvelles révélati­ons

    Blanchi par des enquêtes de l’Assemblée nationale et du secrétariat général du gouvernement sur les coûts des travaux dans son logement de fonction, François de Rugy veut réattaquer pour laver son honneur. Déterminé, l’ex-ministre de la Transition Ecologique réfléchit à prendre la parole pour “remettre les pendules à l’heure” et compte porte plainte en diffamation contre le site d’information en ligne Mediapart.