Plein écran
© REUTERS

L'ancien président soudanais condamné à deux ans en centre correctionnel pour corruption

L'ancien président soudanais Omar el-Béchir a été condamné, par un tribunal de Khartoum samedi, à deux ans en "résidence surveillée" pour corruption, quelques mois après avoir avoir été destitué par l'armée sous pression de la rue.

M. Béchir est apparu samedi matin devant le “tribunal spécial”, écoutant le verdict debout dans une cage métallique et vêtu de sa robe blanche traditionnelle et de son turban, après avoir été amené de la prison de Kober à Khartoum où il est détenu depuis son éviction du pouvoir.

Dans ce procès qui a commencé au mois d’août, et qui concerne des fonds perçus de l’Arabie saoudite, M. Béchir encourait jusqu’à 10 ans de prison. Samedi, il a été déclaré coupable de “corruption” et “possession de devises étrangères”.