Plein écran
Des manifestants pro-avortement devant le Sénat de l'Etat de l'Alabama, le 14 mai 2019. © reuters

L'avortement redevient un crime en Alabama, même en cas de viol

VideoLe Sénat de l'Etat de l'Alabama a adopté mardi le projet de loi le plus restrictif des Etats-Unis sur l'avortement, prévoyant notamment de lourdes peines de prison pour les médecins pratiquant des interruptions volontaires de grossesse.

Le texte, que le Sénat contrôlé par les républicains a transmis au cabinet de la gouverneure républicaine de l'Etat Kay Ivy en vue de sa promulgation, ne prévoit pas d'exception en cas de viol ou d'inceste.

Les médecins pratiquant l'avortement seront passibles de peines de prison de 10 à 99 ans, sauf en cas d'urgence vitale pour la mère ou d'"anomalie létale" du foetus.

L'Association de défense des droits civiques (ACLU) a annoncé son intention d'aller en justice pour empêcher l'application de ce texte.

L'objectif avoué des promoteurs du texte est de se retrouver devant la Cour suprême des Etats-Unis pour la convaincre de revenir sur sa décision emblématique de 1973, "Roe v. Wade" qui a reconnu le droit des femmes à avorter tant que le foetus n'est pas viable.

L'accès à l'avortement de plus en plus limité à travers les USA
Le projet de loi avait été adopté début mai par la Chambre des représentants de l'Alabama.

Il est particulièrement répressif mais vingt-huit Etats américains ont introduit plus de 300 nouvelles règles depuis le début de l'année afin de limiter l'accès à l'avortement, selon un décompte de l'Institut Guttmacher qui défend le droit des femmes à l'IVG.

Le Kentucky et le Mississippi ont ainsi interdit les avortements dès que les battements du coeur du foetus sont détectables, soit environ à la sixième semaine de grossesse. Des mesures comparables sont en passe d'adoption en Géorgie, Ohio, Missouri et Tennessee.

Un juge a bloqué la mise en oeuvre de la loi du Kentucky, celle du Mississippi doit entrer en vigueur en juillet.

Plein écran
© reuters
Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters
Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters
  1. Les États-Unis touchés par une "dangereuse" vague de chaleur

    Les États-Unis touchés par une "dangereuse" vague de chaleur

    Une grande partie du territoire américain, en particulier le centre et l'est du pays, fait actuellement face à des températures extrêmement chaudes. Celles-ci devraient avoisiner les 38 degrés ce week-end, selon les médias locaux. Combiné avec une humidité élevée, cela donne un ressenti de 45 degrés. La vague de chaleur touchera quelque 200 millions de personnes, allant des grandes villes de New York, Washington et Boston au Midwest américain. Certaines parties du Canada croulent également sous la chaleur.