Plein écran
© reuters

L'Espagne et les Emirats ferment leurs ambassades à Sanaa

L'Espagne et les Emirats arabes unis ont suspendu les activités de leurs ambassades dans la capitale yéménite Sanaa, contrôlée par la milice chiite des Houthis, ont-ils annoncé samedi.

"Les Emirats ont suspendu les activités de leur ambassade à Sanaa et rapatrié tous leurs diplomates", indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères à Abou Dhabi, cité par l'agence officielle Wam qui justifie cette décision par "la détérioration de la situation politique et sécuritaire" dans la capitale yéménite. Les Emirats sont le second pays arabe à prendre une telle mesure après l'Arabie saoudite, voisine du Yémen.

L'Espagne a annoncé de son côté "qu'au vu de la situation actuelle d'insécurité et d'instabilité à Sanaa, le ministère des Affaires étrangères a décidé de suspendre temporairement les activités de l'ambassade espagnole dans la république du Yémen", selon un communiqué du ministère."L'Espagne est confiante dans le fait que les raisons qui l'ont poussée à prendre cette décision seront bientôt résolues, et que l'ambassade pourra bientôt reprendre ses activités normales".

"Le gouvernement réaffirme son soutien au processus de transition démocratique au Yémen", poursuit le communiqué, ajoutant que l'ambassade avait contacté tous les membres de la "petite communauté espagnole au Yémen", et leur avait conseillé de quitter "temporairement" le pays.

L'Allemagne et l'Italie ont annoncé vendredi la fermeture temporaire de leur ambassade au Yémen, suivant les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni qui avaient pris la même décision plus tôt dans la semaine.