Plein écran
© ap

L'Éthiopie n'est pas équipée pour lire les boîtes noires

UpdateL'Éthiopie va envoyer en Europe pour analyse les boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 qui s'est écrasé dimanche à l'est d'Addis Abeba, faisant 157 morts, a annoncé mercredi un porte-parole de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.

"Nous allons les envoyer en Europe, mais le pays n'est pas encore spécifié", a déclaré à l'AFP Asrat Begashaw, un porte-parole d'Ethiopian Airlines. L'Éthiopie ne dispose pas de l'équipement nécessaire à la lecture des boîtes noires.

Boîtes noires retrouvées
Les deux boîtes noires de l'appareil - celle contenant les données techniques du vol et celle enregistrant les conversations dans le cockpit - ont été retrouvées lundi. Leur lecture doit permettre de répondre aux nombreuses interrogations à travers le monde qui entourent les causes du crash du Boeing 737 MAX 8 flambant neuf d'Ethiopian Airlines, pulvérisé à l'impact au sol dans un champ à 60 kilomètres à l'est d'Addis Abeba.

737 MAX 8 cloué au sol
De nombreux pays ont interdit leur espace aérien aux 737 MAX 8 dans la foulée de l'accident de dimanche, le deuxième en moins de six mois pour ce nouveau modèle de l'avionneur américain Boeing. Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s'était écrasé au large de l'Indonésie, faisant 189 morts.

Similitudes "significatives"
M. Tewolde, selon lequel les similarités entre les deux crashs sont "significatives", a assuré que les pilotes qui étaient aux commandes de l'appareil d'Ethiopian Airlines avaient reçu une nouvelle formation spécifique au 737 MAX 8 à la suite du crash de l'avion de Lion Air.

  1. Le jour où le vol MH17 s’est crashé, c’est lui qui a été chargé de rassembler les restes des corps des victimes

    Le jour où le vol MH17 s’est crashé, c’est lui qui a été chargé de rassembler les restes des corps des victimes

    Quand le vol MH17 de Malaysia Airlines qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur s’est crashé, c’est lui qu’on a appelé. Le sergent Rod Anderson était le commandant de la Disaster Victim Identification pour la police fédérale australienne. C’est lui qui a été chargé d’identifier les victimes et de rendre les dépouilles à leurs familles. Pour rappel, 238 personnes dont 15 membres d’équipage ont perdu la vie le 17 juillet 2014.