L'exécution fictive de Geert Wilders choque les Pays-Bas

VideoLe Premier ministre néerlandais a qualifié d'"écoeurant" un clip vidéo publié mardi mettant en scène l'exécution de style jihadiste du député anti-islam Geert Wilders, qui souhaite de son côté porter plainte.

Plein écran
Geert Wilders © anp

La vidéo a été publiée par le rappeur néerlando-libanais Hozny quelques jours après que M. Wilders eût plaidé, lors de sa campagne pour les municipales de mercredi, pour une ville de La Haye "avec un peu moins de Marocains".

Dans le clip de la chanson, qui parle de la carrière de Geert Wilders et ses commentaires sur l'Islam, le personnage de M. Wilders est enlevé par deux hommes portant des cagoules noires.

Ceux-ci le mettent ensuite à genoux face à une caméra devant un grand drap vert pendu au mur et lui pointent chacun un pistolet vers la tête, d'une manière pouvant être associée aux vidéos d'otages enlevés par les jihadistes. A la fin de la vidéo, lorsque l'image disparaît en fondu, on entend un coup de feu.

"C'est écoeurant", a déclaré le Premier ministre Mark Rutte au micro de la télévision publique néerlandaise NOS. "Cela va à l'encontre de tout ce que nous défendons (...) c'est de l'ordre du mauvais goût". "Les mots me manquent quand un idiot fait ce genre de film."

"Mon petit Geert, l'Islam c'est 2,1 milliards de personnes (...) rien ne pourra t'aider quand ils viendront pour toi", déclare le rappeur dans sa chanson, assurant cependant que "ce n'est pas une menace".

M. Wilders a de son côté assuré qu'il allait porter plainte, soutenant que la vidéo ne rentre pas dans le cadre de la liberté d'expression mais est une incitation à la violence.

  1. Reprise des traitements de Vincent Lambert: “Du sadisme pur”
    Mise à jour

    Les parents de Vincent Lambert obtiennent la reprise des soins en appel: “Du sadisme pur”

    La cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements visant à le maintenir en vie, interrompus depuis lundi matin, jusqu’à ce qu’un comité de l’ONU se prononce sur le fond de son dossier. Les avocats des parents du Français Vincent Lambert sont attendus mardi matin au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise, au moins provisoire, des soins.