Plein écran
Mike Horn © Instagram

L’explorateur Mike Horn en difficulté dans les glaces de l’Arctique: “On est au bout de nos forces”

Mike Horn et Borge Ousland tentent de traverser à ski l’Océan arctique gelé et doivent affronter une couche de glace inhabituellement fine en raison du changement climatique, ce qui rallonge leur entreprise et réduit leurs rations. Malgré ces difficultés, les deux célèbres explorateurs ne souhaitent pas abandonner.

Le Sud-Africain Mike Horn et le Norvégien Borge Ousland, respectivement âgés de 53 et 57 ans, ont quitté Nome en Alaska par voilier le 25 août. Ils ont atteint la mer de glace le 12 septembre et voyagent depuis à ski, en tirant des traîneaux chargés de vivres.

“Au bout de nos forces”

Au départ, ils envisageaient d’achever leur traversée vers mi-novembre. Mais “à cause du changement climatique, la glace est plus fine que d’habitude et plus encline à dériver”, a expliqué un porte-parole de l’expédition, Lars Ebbesen. Normalement, la dérive devrait permettre aux explorateurs de progresser de quelques kilomètres supplémentaires chaque jour, “mais les vents poussent la glace vers le Groenland et ils ont reculé de trois à cinq kilomètres par jour”, a-t-il poursuivi.

La fille aînée de Mike Horn, Annika Horn, 26 ans, a confié au quotidien français Le Parisien que la traversée devenait un cauchemar. “Son moral est au plus bas. Je ne l’ai jamais vu comme ça, dans un état de fatigue physique extrême”, a-t-elle dit. Selon M. Ebbesen, “il n’y a pas de danger, pas de grand drame. Mais c’est serré, une course effrénée pour atteindre l’objectif”. Mike Horn et Borge Ousland avaient “demandé à leurs proches de mettre en place un plan d’urgence” dans le cas où les aventuriers manqueraient de vivres.

Malgré ces conditions extrêmes, des gelures aux orteils et des stocks de nourriture qui diminuent un peu plus chaque jour, Mike Horn entend bien aller au terme de son aventure. Le Parisien s’est procuré un enregistrement audio que l’aventurier a transmis à ses proches. “On a perdu beaucoup de poids, on est devenus faibles, on est au bout de nos forces. Et même s’il ne reste pas beaucoup de nourriture, on en a suffisamment pour aller au bout, mais ça va être limite”, reconnaît-il.

Citation

C’est l’une des aventures les plus dures que j’ai réalisées

Mike Horn

“C’est l’une des aventures les plus dures que j’ai réalisées. Dans une dizaine de jours, on espère rentrer à la maison et se réchauffer”, résume Mike Horn. “Les vents sont désormais favorables et ça le remotive, on a des nouvelles plutôt positives”, explique l’entourage de l’explorateur. Bloqué par une tempête ce week-end, le binôme n’a pas pu progresser normalement. Il peut désormais avancer dans la bonne direction, en l’occurrence vers l’archipel du Svalbard, à l’extrême nord de la Norvège.

C’est à cet endroit qu’il devrait être récupéré par son voilier, le Pangaea. Il espère y arriver “d’ici une semaine”. “Nous allons essayer de poursuivre cette expédition en espérant avoir la météo de notre côté. Chaque jour, nous réévaluons nos chances d’avancer et de terminer cette expédition. Avec ce climat instable et la dérive de la glace, il nous est extrêmement difficile de prévoir combien de kilomètres nous allons parcourir”, précise-t-il. Mike Horn a également donné de ses nouvelles sur Instagram. Il apparaît le visage en sang mais promet que le duo a retrouvé de l’énergie et de la confiance pour terminer l’aventure.