Plein écran
Oleg Sokolov. © AFP

L'historien qui a démembré sa compagne tente de se suicider lors de la reconstitution du crime

L'avocat d’Oleg Sokolov, expert renommé de Napoléon ayant démembré sa compagne, a affirmé mardi que son client a voulu se suicider lors de la reconstitution de ce crime révélateur du fléau des violences domestiques en Russie.

"Cette tentative, dont je ne peux pas révéler les détails, a eu lieu vendredi dernier dans son appartement", au moment de la reconstitution des faits, a dit à l'AFP l'avocat Alexandre Potchouev, précisant que les policiers y avaient "coupé court immédiatement".

A l’aide d’une dague

Selon la presse locale, citant une source dans la police, M. Sokolov a profité du fait qu'on lui avait enlevé ses menottes pour essayer de se saisir d'une dague. Les agents sont intervenus avant qu'il puisse en faire usage.

Le comité d'enquête local et les services pénitentiaires, interrogés par l'AFP, se sont refusés à tout commentaire.

Une ancienne étudiante

Oleg Sokolov, âgé de 63 ans, titulaire d'une chaire d'histoire à l'université d'État de Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie) et grand spécialiste de Napoléon, a avoué avoir tué et démembré début novembre une de ses anciennes étudiantes, Anastassia Echtchenko, 24 ans, dont il partageait la vie.

La police avait extrait l'éminent professeur, en état d'ébriété le 9 novembre de la rivière Moïka dans l'ancienne capitale impériale, portant un sac à dos où se trouvaient deux bras de femme et un pistolet d'alarme.

Ce crime a suscité beaucoup d'émotion au sein de la société russe, d'autant plus que le professeur avait déjà été accusé de comportements violents par une étudiante sans qu'il ne soit sanctionné.