Plein écran
© reuters

L'ONU dénonce les détentions de Syriens en Egypte

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) s'est dit vendredi inquiet du nombre croissant de Syriens, dont des mineurs, arbitrairement incarcérés en Egypte et a indiqué avoir connaissance pour l'instant de 85 détenus syriens.

"Le HCR est préoccupé du fait que l'armée égyptienne et le personnel de sécurité aient arbitrairement arrêté et mis en détention un nombre croissant de Syriens, y compris plusieurs mineurs et des personnes enregistrées auprès du HCR", a dénoncé une porte-parole de l'organisation.

Ces détentions ont lieu alors qu'une vague de xénophobie, alimentée notamment par des médias dont des télévisions, vise les réfugiés syriens en Egypte depuis juillet, a-t-elle relevé.

Elle a expliqué que le HCR avait connaissance pour l'instant de 85 Syriens incarcérés.

"Quelques-uns ont été arrêtés car ils auraient participé à des actes violents pendant des manifestations, mais nous ne sommes pas sûrs des charges qui pèsent contre les autres", a-t-elle souligné.

L'agence onusienne demande aux autorités égyptiennes de ne pas expulser les 85 Syriens incarcérés et de les juger en bonne et due forme.

En Egypte, des médias accusent les Syriens d'avoir participé "par centaines" aux manifestations de soutien au président Mohamed Morsi, destitué par l'armée le 3 juillet après des manifestations massives.

Selon l'ONU, les relents xénophobes contre les Syriens en Egypte sont un fait nouveau, ce pays étant auparavant connu pour sa générosité envers les réfugiés syriens.

Entre 250.000 à 300.000 Syriens sont actuellement réfugiés en Egypte selon le gouvernement, parmi lesquels 80.000 se sont enregistrés auprès de l'ONU.