Plein écran
Suthep Thaugsuban et les partisans de l'opposition © epa

L'opposition continue le combat malgré la loi martiale

THAÏLANDELe meneur des manifestants anti-gouvernementaux thaïlandais a promis mardi de "continuer le combat" visant à faire chuter le gouvernement, estimant que la loi martiale ne change rien à la situation. Le premier ministre a quant à lui proposé d'organiser des élections législatives le 3 août.

"Nous allons continuer à nous battre. Nous n'avons pas du tout gagné", a déclaré Suthep Thaugsuban devant ses partisans, réunis non loin du siège du gouvernement.

De son côté, le premier ministre par intérim, Niwattumrong Boonsongpaisan, a proposé mardi la tenue d'élections législatives le 3 août.

L'armée thaïlandaise a décrété mardi la loi martiale et déployé des soldats dans Bangkok, après des mois de crise politique et des manifestations anti-gouvernementales ayant fait 28 morts.

L'armée a décrété la censure des médias dans l'intérêt de la "sécurité nationale", selon une déclaration lue sur toutes les chaînes de télévision et de radio. L'armée "interdit à tous les médias de rapporter ou de distribuer toute information ou toute photographie nuisibles à la sécurité nationale", a précisé la déclaration du général Prayut Chan-O-Cha. L'armée a aussi privé d'antenne dix chaînes, dont les très partisanes BlueSky (pro-opposition) et, du côté des pro-gouvernement, AsiaUpdate et UDD, au motif qu'elles risquent de "déformer l'information" et d'"aggraver le conflit".