Plein écran
© reuters

L'Otan dément les accusations de Poutine

L'Otan a démenti jeudi que son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen, ait enregistré en secret puis diffusé dans les médias une conversation avec le président russe Vladimir Poutine lorsqu'il était encore Premier ministre danois, une affirmation faite par le chef de l'Etat russe à la télévision.

"Ces accusations n'ont aucune sens. Lors de son mandat de Premier ministre danois, M. Rasmussen n'a jamais apporté un dictaphone pour enregistrer (le contenu) de rencontres avec Poutine ou quiconque d'autre", a affirmé la porte-parole de l'Otan, Oana Lungescu, dans un communiqué.

Elle a reproché à la Russie "d'avoir porté une séries d'accusations contre l'Otan qui déforment les faits" afin de "détourner l'attention de ses propres actions illégales et illégitimes en Ukraine" après l'annexion de la péninsule de Crimée.

Le président russe Vladimir Poutine a accusé jeudi le secrétaire général de l'Otan d'avoir enregistré en secret puis diffusé dans les médias une de leurs conversations privées datant de l'époque où Anders Fogh Rasmussen était encore Premier ministre du Danemark.

"Nous nous sommes rencontrés et nous avons discuté. Il se trouve qu'il avait amené avec lui un dictaphone et a enregistré notre conversation en secret avant de la publier dans la presse", a-t-il déclaré, lors de sa séance annuelle de questions-réponses télévisée. "Je ne pouvais pas en croire mes yeux et mes oreilles. C'est une absurdité, vous comprenez?", a-t-il ajouté.

"Il a expliqué qu'il avait enregistré cette conversation pour la postérité", a poursuivi M. Poutine, ajoutant sèchement: "Je suis flatté, bien sûr, mais il aurait pu au moins me prévenir ou demander ma permission avant de rendre publiques ces discussions". "C'est vraiment important la confiance. C'est la question clé: la confiance entre les personnes et entre les États", a-t-il conclu.