Sommet de l'Otan à Chicago
Plein écran
Sommet de l'Otan à Chicago © belga

L'Otan souhaite une négociation russo-US sur les arsenaux

Les dirigeants des 28 pays de l'Otan se sont déclarés dimanche déterminés à conserver une combinaison "appropriée" de capacités nucléaires, conventionnelles et de défense antimissile pour assurer leur défense, tout en appelant la Russie à négocier avec les Etats-Unis une réduction de leurs arsenaux nucléaires tactiques basés en Europe.

Plein écran
© getty
Plein écran
© reuters
Plein écran
© getty
Plein écran
© reuters

Réunis en sommet à Chicago (nord-est des Etats-Unis), ils ont entériné une révision de la posture de défense alliée en concluant que l'Otan doit "disposer de tout l'éventail des capacités nécessaires pour assurer la dissuasion et la défense contre les menaces pesant sur la sécurité de ses populations et sur la sûreté de son territoire", notant qu'il s'agit de la responsabilité première de l'Alliance. "L'OTAN a établi que, vu les circonstances du moment, la combinaison actuelle de capacités et les plans pour le développement de ces capacités sont rationnels", indique une déclaration sur la "Revue de la posture de dissuasion et de défense" (en anglais DDPR) publiée au premier jour du sommet de Chicago. Selon ce texte, l'OTAN est déterminée à maintenir une combinaison appropriée de capacités nucléaires, conventionnelles et de défense antimissile pour la dissuasion et la défense, afin d'honorer les engagements énoncés dans le concept stratégique approuvé lors du précédent sommet, à Lisbonne, en novembre 2010, et "répondre à la gamme complète des menaces sécuritaires du 21ème siècle". La déclaration rappelle que l'Otan "restera une alliance nucléaire" tant qu'il y aura des armes nucléaires dans le monde, mais évoque la possibilité d'une réduction possible du nombre d'armes nucléaires non stratégiques (tactiques) stationnées en Europe. L'Otan se dit ainsi prête à envisager de réduire encore son besoin en armes nucléaires non stratégiques affectées à l'Alliance par les Etats-Unis "dans le contexte de mesures réciproques de la part de la Russie", en tenant compte du stock russe d'armes de ce type stationnées dans la zone euro-atlantique, qui est plus important. La déclaration de Chicago mentionne également la défense antimissile - dont une première capacité opérationnelle "intérimaire" a été déclarée dimanche - comme pouvant "venir compléter le rôle des armes nucléaires dans la dissuasion" mais sans s'y substituer. "Cette capacité est purement défensive et est mise en place à la lumière des menaces provenant de l'extérieur de la région euro-atlantique. Les capacités de défense antimissile de l'Otan devraient compliquer les plans d'un adversaire et limiter les dégâts", soulignent les dirigeants alliés.