Plein écran
© afp

L'UE "profondément déçue" par la condamnation de Timochenko

L'UE a regretté mercredi la confirmation par la Cour de cassation ukrainienne de la condamnation à sept ans de prison pour abus de pouvoir de l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, se disant "profondément déçue" que cette décision l'empêche de participer aux prochaines élections.

"Nous avons noté avec regret l'issue de l'appel" et "sommes profondément déçus des conséquences de la situation actuelle", où d'importantes figures de l'opposition sont ainsi "empêchées de se présenter aux élections parlementaires à la suite de procès qui n'ont pas respecté les normes internationales en matière de procédures équitables, transparentes et indépendantes", a souligné le porte-parole chargé des Affaires étrangères de l'UE, Michael Mann. L'UE a exhorté "les autorités ukrainiennes à prendre des mesures concrètes pour s'attaquer aux problèmes systémiques du judiciaire", et "s'attaquer aux effets de la justice sélective, y compris dans les cas de Mme Timochenko, de (l'ex-ministre de l'Intérieur, Iouri) Loutsenko et d'autres", a précisé M. Mann. La cour de cassation ukrainienne a confirmé mercredi la condamnation de Mme Timochenko en octobre dernier à sept ans de prison pour abus de pouvoir dans la signature d'un contrat gazier avec la Russie jugé désavantageux pour le pays. Cette affaire a provoqué une grave crise dans les relations entre Kiev et l'Occident, qui dénonce l'arrière-plan politique de l'affaire et réclame la libération de l'opposante, empêchée de se présenter aux législatives du 28 octobre. Début août, la commission électorale centrale ukrainienne avait refusé d'enregistrer Ioulia Timochenko comme tête de liste de la principale alliance d'opposition, arguant de son casier judiciaire. Iouri Loutsenko, autre figure de l'opposition condamné par la justice ukrainienne, figurait lui à la cinquième position sur cette liste.