Plein écran
© ap

L'UE propose à l'Ukraine une "feuille de route"

L'Union européenne a proposé jeudi à l'Ukraine de préparer une feuille de route pour la mise en oeuvre de l'accord d'association, à condition que Kiev s'engage "clairement" à le signer.

"Sur la base d'un engagement clair de l'Ukraine de signer cet accord, nous préparerons une feuille de route" pour sa mise en oeuvre, a déclaré le commissaire européen chargé de la Politique de voisinage, Stefan Füle, à l'issue d'une longue rencontre jeudi avec le vice-Premier ministre ukrainien, Serhiy Arbuzov.

Il s'est dit prêt également à examiner "en profondeur" toutes les questions liées à cette mise en oeuvre, en dénonçant les "exagérations" diffusées sur le coût d'un accord d'association pour l'économie ukrainienne.

M. Füle a aussi confirmé que l'UE souhaitait continuer à aider l'Ukraine, en grande difficultés financières, à conclure un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).

Sous pression de la Russie, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a renoncé fin novembre à signer l'accord d'association négocié pendant des années avec les Européens. Mais il a assuré à plusieurs reprises qu'il avait toujours l'intention de le signer, sans donner de date.

M. Füle a qualifié l'entrevue avec M. Arbuzov de "franc et ouvert". Parlant d'un dialogue "pas facile", ce dernier s'est dit "confiant" sur le fait que les deux parties parviendraient "à s'entendre dans un avenir proche".

  1. Une journaliste de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multiplient en France

    Une journalis­te de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multi­plient en France

    De nombreuses voix ont dénoncé mercredi en France de nouvelles convocations de journalistes par les services secrets pour des affaires touchant de près le régime du président Emmanuel Macron. Dernière en date, une journaliste de l'émission "Quotidien", sur la chaîne de télévision TMC, a révélé mercredi soir avoir été convoquée en février par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite.