Des images de longues files d’attente dans des salons funéraires
Plein écran
Des images de longues files d’attente dans des salons funéraires © Twitter @caixin

La Chine a-t-elle “sous-estimé” le nombre de morts du Covid-19?

Épicentre de la pandémie de coronavirus, la Chine compte officiellement moins de morts déclarés qu’en Italie ou en Espagne. Des photos de personnes venant récupérer les cendres de proches morts du Covid-19, prises devant les salons funéraires de Wuhan, sèment le trouble sur le nombre réel de victimes en Chine.

3.295 morts déclarés, dont les trois-quarts dans la province d’Hubei. Le bilan officiel de la Chine, qui lève désormais progressivement toutes les mesures de restriction, semble plutôt léger pour le pays épicentre de l’épidémie. À titre de comparaison, des pays comme l’Italie (plus de 10.000 morts) ou l’Espagne (plus de 6.500 morts) comptent déjà beaucoup plus de victimes.

Des milliers d’urnes funéraires

La ville de Wuhan souffle après plus de deux mois de quarantaine. Ces derniers jours, seuls des cas importés ont été constatés. Les dix millions d’habitants de la capitale de la province d’Hubei commencent à être autorisés à sortir de chez eux. Les familles dont des proches sont morts du virus, et dont les corps ont été incinérés immédiatement par les autorités pour éviter la contagion, ont directement été chercher les cendres des défunts dans les salons funéraires de la ville, rapporte Bloomberg.

Des images de longues files d’attente à l’extérieur des salons funéraires ont intrigué le journal chinois Caixin, qui assure que l’une d’entre elles faisait au moins 200 mètres. Des familles ont également confié avoir attendu des heures avant de récupérer leur urne. Par ailleurs, plus de 2.500 urnes auraient été reçues mercredi, puis jeudi, dans un autre salon.

À l’intérieur, les journalistes ont compté sept piles de 500 urnes, alors qu’un autre établissement compterait distribuer 500 urnes par jour entre le 23 mars et le 4 avril, selon ce média d’information financière. Un chiffre qui peut être à relativiser: impossible de savoir combien de ces urnes seront remplies, et si elles correspondent toutes à des décès dus au coronavirus.

Une mortalité “sous-estimée”?

De nombreux spécialistes ne cachent pas leur scepticisme face aux statistiques officielles du coronavirus en Chine, alors que les hôpitaux semblaient débordés quand la crise était à son pic. Certains n’ont également pas oublié qu’au début de l’épidémie, le pouvoir tentait de cacher l’ampleur de la situation au reste du monde. Dernier fait troublant: le bilan dans les autres pays, notamment européens, est beaucoup plus lourd qu’en Chine.

Selon Caixin, de nombreuses personnes mortes après avoir présenté des symptômes semblables au Covid-19 n’ont pas été testées. Elles ont donc été exclues des chiffres officiels.  

Les chiffres délivrés par les autorités sont-ils fiables malgré cette interrogation? Patrick Berche, professeur émérite de microbiologie et ancien directeur de l’Institut Pasteur, n’y croit pas. “Il y avait une mortalité annoncée par les Chinois qui, à mon avis, a été certainement sous-estimée. On a beaucoup de mal à croire qu’un pays, même avec des mesures de confinement, ait si peu de morts”, a-t-il estimé dimanche sur Europe 1.

  1. Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”
    France

    Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”

    Dans la nuit du 25 au 26 mai dernier, Gabriel, 14 ans, a été interpellé par les forces de l’ordre après avoir tenté de voler un scooter avec un ami à Bondy, près de Paris. Le flou demeure sur les conditions de l’arrestation, rapporte Le Parisien. Le jeune garçon souffre de plusieurs lésions au visage et “risque de perdre son œil” à cause d’une fracture de l’orbite. Il est actuellement soigné à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy.
  2. L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    Un Marine américain a fait équipe avec un chien renifleur de bombes pendant un an, à l’ambassade américaine de Kaboul. Leur déploiement s’arrête cette semaine, ils vont donc devoir se séparer. Richard Pickett-White ne peut se résoudre à quitter son berger malinois répondant au nom d’Abel. Il souhaite acheter le chien, afin qu’il puisse vivre avec lui mais l’entreprise de sécurité à qui il appartient a refusé.