Plein écran
© ap

La Chine proteste après une visite du dalaï lama dans une région disputée

La Chine a déclaré jeudi avoir protesté officiellement auprès de l'Inde après une visite du dalaï lama dans une région frontalière disputée entre les deux pays.

Plein écran
© ap
Plein écran
© ap
Plein écran
© afp
Plein écran
© ap
Plein écran
© ap
Plein écran
© ap

Le chef spirituel tibétain s'est rendu cette semaine dans l'Etat indien d'Arunachal Pradesh (est), revendiquée par Pékin. Il y a notamment visité des monastères.

"Attente à nos intérêts"
"Approuver la visite du dalaï lama dans une région contestée entre la Chine et l'Inde porte atteinte à nos intérêts et aux relations sino-indiennes", a déclaré jeudi Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Influence du dalaï lama
Pékin se méfie de l'influence du dalaï lama, qui vit en exil dans le nord de l'Inde depuis 1959. Celui-ci demande une "autonomie" élargie pour le Tibet, mais la Chine l'accuse de double jeu et de promouvoir l'indépendance du territoire.

Protestations officielles
"Nous sommes opposés à ce que des pays fournissent au dalaï lama une plateforme pour mener ses activités anti-chinoises et séparatistes", a souligné Mme Hua lors d'un point presse régulier. La Chine a "protesté" auprès de l'ambassadeur d'Inde et du ministère indien des Affaires étrangères, a-t-elle précisé.

Rappel historique
La Chine est intervenue militairement au Tibet en 1951, après quatre décennies d'indépendance de facto du "toit du monde". En 1959, après une tentative de soulèvement manquée, l'actuel dalaï lama a fui en Inde. Il reste cependant révéré par de nombreux adeptes du bouddhisme tibétain de l'école des "bonnets jaunes", dont il est le plus haut représentant.

Victoire militaire chinoise
L'Arunachal Pradesh a été intégré au territoire indien à l'époque de la colonisation britannique, mais Pékin en revendique la souveraineté. L'Inde a été humiliée par la Chine lors d'une guerre courte mais sanglante en 1962 pour ce petit Etat, dont New Delhi conserve la tutelle depuis le retrait des troupes chinoises à la fin du conflit.

Plein écran
© ap