La chronique troublante d'un pilote qui avait annoncé le crash de l'Airbus A320

Dans une chronique publiée il y a deux mois dans un magazine aéronautique ("Piloot en Vliegtuig") et intitulée "Peux-tu m'ouvrir la porte"?, un pilote néerlandais avait quasiment décrit le scénario macabre du vol fatal de l'Airbus A320. Le texte comporte de troublantes similitudes avec les circonstances du crash de la Germanwings.

"Grâce aux portées blindées extra sécurisées, il n'est plus difficile pour un pilote d'empêcher à son collègue l'accès au cockpit. Il suffit d'attendre jusqu'à ce qu'il aille satisfaire un besoin naturel pour ne plus jamais ouvrir la porte", avait écrit Jan Cocheret, pilote pour Emirates.

"Cette histoire effroyable est malheureusement devenue réalité", commente-t-il sur son profil Facebook (voir ci-dessous).

"Je me demande régulièrement qui est à côté de moi"
Depuis plusieurs années, ce pilote chevronné se pose des questions sur les nouvelles normes de sécurité post-attentats du 11 septembre.

"Je me demande régulièrement qui est à mes côtés dans le cockpit. Comment être sûr que je peux lui faire confiance? Peut-être vient-il de se passer quelque chose de terrible dans sa vie  qu'il est incapable de surmonter. J'espère qu'après une pause pipi, je ne me retrouverai jamais devant une porte de cockpit verrouillée", analysait-t-il, avant de poursuivre. "Il existe bel et bien une façon pour rentrer dans le cockpit (ndlr. via un code secret), mais si la personne à l'intérieur désactive cette option (ndlr. ce qu'Andreas Lubitz a donc fait dans l'Airbus de la Germanwings), il n'y a rien d'autre à faire que d'aller s'asseoir avec les passagers et attendre de voir ce qu'il adviendra".

Pour rappel, la plupart des compagnies européennes ont décidé d'imposer la présence permanente de deux membres d'équipage dans le cockpit de ses avions, suite à l'évènement tragique de cette semaine.

Plein écran
© Facebook
Plein écran
© reuters
Plein écran
© epa