Plein écran
Simon Gautier est introuvable depuis une chute en Italie le 9 août dernier © AFP

La colère de la mère de Simon Gautier: “On sait qu’il est là, quelque part, blessé”

“On commence à être assez en colère, parce qu’on est toujours seuls”, déplore Delphine Godart, la mère de Simon Gautier, le Français disparu depuis une chute lors d'une randonnée en Italie voilà huit jours. Le jeune homme de 27 ans a lancé un appel au secours le 9 août, affirmant s’être cassé les deux jambes mais sans pouvoir donner sa localisation exacte. Depuis lors, les autorités n’ont pas déployé les grands moyens pour le retrouver.

Les deux jambes fracturées, blessé, seul. Elle l’espère, avec assez de vivres pour tenir jusqu’à ce qu’enfin, une équipe le localise. L’attente est insoutenable pour la mère de Simon Gautier, Delphine Godart: “C’est beaucoup de nuits sans sommeil, c’est beaucoup d’anxiété (...) C’est inimaginable, les gens ne peuvent pas se rendre compte de ce qu’est cette attente, c’est insupportable. On sait qu’il est là et on ne peut rien faire? C’est inimaginable. C’est mon fils, il faut qu’ils m’aident”, implore-t-elle dans une interview. 

“Je suis au milieu de nulle part”, dans une zone de 140 km2

L’étudiant français de 27 ans doit être dans les environs de Policastro, une bourgarde de Salerne, au sud de Naples. Il était parti en solo pour une randonnée délicate dans une zone rocheuse, ce qui aurait causé sa chute. On le sait en vie et blessé car le jeune homme, qui réside à Rome depuis deux ans pour une thèse, est parvenu à contacter les secours après son accident. Il a affirmé avoir les deux jambes cassées mais ne pouvait situer le lieu où il était tombé. 

Plein écran
La zone de recherches pour retrouver l’étudiant français Simon Gautier s’étend à 140 km2 © AFP

Comble de malchance, malgré son appel passé via un téléphone portable, les données de localisation n’ont pas permis d’établir avec précision où il se trouve, loin de là: la zone de recherche s’étend sur 140 km2. Dans cette région isolée, les antennes se font rares et le téléphone ne peut pas “borner” facilement. Le Français disait lui-même être “au milieu de nulle part” le long de la côte. Depuis, son téléphone ne s’est plus allumé.

Des renforts spécialisés, enfin?

Du côté de ses proches, la fatigue de l’attente et l’inquiétude se mêlent peu à peu à la colère. “On commence à être énervés et en colère parce qu’on se sent seuls malgré nos innombrables appels. Ce soir, on est encore seuls ici”, accusait la mère la voix fébrile hier soir alors que son fils est disparu et blessé dans la nature depuis 8 jours. “On a besoin d’une aide experte, efficace, de matériel pour essayer de savoir où est Simon et comment l’atteindre”, résume-t-elle. 

Plein écran
La zone de recherches pour retrouver l’étudiant français Simon Gautier s’étend à 140 km2 © AFP

À l’heure d’écrire ces lignes, un responsable des forces de l’ordre a affirmé que les recherches avaient repris et que des renforts étaient attendus, notamment des équipes de secours alpin. Les autorités devraient se procurer sous peu de plus amples informations afin d’étayer leurs pistes et resserrer la zone de recherches, trop vaste. 

15 jours de vivres

Le jeune Français a-t-il une chance? Une de ses amies ose le croire: sur les réseaux sociaux, elle explique que les enquêteurs ont appris à bonne source que l’étudiant était parti muni de suffisamment de nourriture et d’eau pour survivre seul 15 jours. Reste à savoir s’il avait son sac lors de sa chute. “Je continue d’y croire grâce aux amis de Simon qui sont là, qui m’aident, qui m’aiment et qui aiment Simon”, s’émeut sa mère, impuissante.