Plein écran
L’Eurovision, le 14 mai 2019. © AFP

La diffusion en ligne de la première demi-finale de l'Eurovision un moment piratée

La diffusion en ligne de la première demi-finale de l'Eurovision a été temporairement piratée en Israël mardi soir. La chaîne nationale Kan pointe du doigt des militants du Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne de Gaza.

Le site web de la chaîne a affiché un court instant des messages d'alerte annonçant un "risque de tirs de roquettes" et demandant aux spectateurs de se mettre à l'abri. "Israël n'est pas un pays sûr, vous allez voir!", menaçaient-ils également, accompagnés d'images animées d'explosions dans la ville hôte du concours musical, Tel Aviv.

Kan a relativisé ce piratage, insistant sur le fait que le programme avait continué sans autre incident. "Nous avons repris le contrôle de la diffusion en quelques minutes", a commenté le directeur Eldad Koblenz sur Galei Tzahal, la radio de l'armée israélienne, attribuant cette "tentative" d'interférence "au Hamas, vraisemblablement".

Israël accueille l'édition 2019 du concours Eurovision de la chanson après la victoire de sa représentante, la chanteuse de 26 ans Netta Barzilai, l'année passée. Les Palestiniens et leurs sympathisants ont appelé au boycott de l'événement pour protester contre la politique menée par l'État hébreu en Palestine. La chanteuse américaine Madonna, arrivée mardi à Tel Aviv, avait été approchée pour annuler sa représentation lors de la finale. Elle avait répondu qu'elle n'arrêterait pas de faire de la musique "pour servir l'agenda politique de certains".

La chaîne publique britannique BBC a également connu quelques soucis de diffusion. Les spectateurs ont en effet raté l'annonce des résultats, leur écran devenant tout à coup noir.

  1. Le jour où le vol MH17 s’est crashé, c’est lui qui a été chargé de rassembler les restes des corps des victimes

    Le jour où le vol MH17 s’est crashé, c’est lui qui a été chargé de rassembler les restes des corps des victimes

    Quand le vol MH17 de Malaysia Airlines qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur s’est crashé, c’est lui qu’on a appelé. Le sergent Rod Anderson était le commandant de la Disaster Victim Identification pour la police fédérale australienne. C’est lui qui a été chargé d’identifier les victimes et de rendre les dépouilles à leurs familles. Pour rappel, 238 personnes dont 15 membres d’équipage ont perdu la vie le 17 juillet 2014.