Capture d'écran
Plein écran
Capture d'écran © L214

La face cachée du foie gras: le sort de milliers de canetons jetés à la poubelle ou mutilés

De nouvelles images insoutenables filmées par le collectif L214 dans une exploitation agricole en Dordogne (sud-ouest de la France), pourtant distinguée pour son prestigieux foie gras.

Ces images ont été filmées au Domaine de la Peyrouse, en Dordogne. L’exploitation produit un prestigieux foie gras et sert également de centre de formation pour les étudiants du lycée agricole de Périgueux. Ses méthodes sont aujourd'hui fortement condamnées par l’association militante L214.

Spectacle d’horreur

“En France, seuls les canards mâles sont gavés. Les ouvriers procèdent donc au triage des canetons: les canetons mâles inaptes et les canetons femelles sont écartés. Les canetons mâles sont mutilés: la pointe de leur bec est brûlée” pour éviter qu’ils ne se blessent entre eux lors de l’élevage intensif, précise L214 sur son site officiel.  

Les œufs non éclos sont également jetés à la poubelle du couvoir. Des canetons voient donc souvent le jour au milieu des cadavres dans l’indifférence la plus totale. 

“Pratiques inacceptables”

Ces images mettent en lumière des “pratiques inacceptables”, estime l’association: “Des canetons jetés vivants à la poubelle, abandonnés à une mort lente et douloureuse”, dénonce-t-elle. Les spécimens, entassés dans les bennes à ordures, meurent en effet étouffés sous le poids de leurs congénères. La loi européenne exige pourtant que cette mise à mort s’opère par “gazage et broyage”. 

L214 a porté plainte pour délit d’abandon et délit de mauvais traitement envers les animaux et réclame des sanctions pénales exemplaires. 

  1. Didier Raoult contre-attaque et dénonce "une étude foireuse et délirante”
    Play

    Didier Raoult con­tre-attaque et dénonce "une étude foireuse et délirante”

    Malgré la nouvelle étude d’ampleur qui vient d’être publiée, où l’inefficacité, et même la dangerosité, de l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le coronavirus est constatée, Didier Raoult n’a pas changé d’avis. S’appuyant sur ce qu’il a observé dans son Institut, le professeur marseillais dénonce “une étude foireuse” et réaffirme que ce traitement “sauve beaucoup de gens”.