Plein écran
© reuters

La France doit "accélérer" les réformes sans plus attendre

La France doit "accélérer" les réformes et il n'y a "pas de temps à perdre", a affirmé mercredi la Commission européenne, après la nomination d'un nouveau gouvernement Valls purgé de l'aile gauche du PS.

Plein écran
Jyrki Katainen, Commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires © belga

Il est "important que le Premier ministre ait confirmé l'engagement du gouvernement de maintenir le cap des réformes, essentielles pour que la France relance la croissance, l'emploi de façon durable", a déclaré Simon O'Connor, porte-parole du commissaire européen chargé des Affaires économiques, Jyrki Katainen.

"Il n'y a pas de temps à perdre, il est urgent que la France (...) accélère sur les réformes structurelles pour relancer la croissance, augmenter la compétitivité, relancer l'emploi de façon forte et durable", a-t-il ajouté.

Arnaud Montebourg, qui dénonçait la politique d'austérité imposée selon lui par l'Allemagne et Bruxelles, a été remplacé au ministère de l'Économie par Emmanuel Macron, ancien banquier d'affaires et un des inspirateurs de la politique de l'offre prônée par le président François Hollande.

Interrogé pour savoir comment serait accueilli par la Commission un éventuel dérapage du déficit public pour 2014 et 2015 par rapport à la limite de 3% fixée par le pacte de stabilité, M. O'Connor a rappelé que "ce qui sera fondamental, ce sera le respect de l'effort (budgétaire) mesuré en termes structurels".

La Commission a déjà à plusieurs reprises expliqué qu'elle mesurerait l'effort des pays en fonction des réformes structurelles engagées, et pas en se fondant uniquement sur le chiffre du déficit budgétaire.