Plein écran
Portuguese Man O' War - Physalia physalis - at the surface of the Atlantic Ocean, Madeira © Getty Images/iStockphoto

La “galère portugaise” sème l’inquiètude à Majorque, Minorque et Ibiza: “Ses tentacules peuvent mesurer jusqu’à 40 mètres”

Une invitée surprise et redoutée a investi plusieurs îles des Baléares ces derniers jours. La “galère portugaise”, un animal de mer toxique souvent associé à tort à la méduse,  a été repérée à proximité des plages de Majorque, Minorque et Ibiza, notamment.  Le ministère espagnol de l’Environnement appelle à la plus grande vigilance. 

La première alerte a été lancée la semaine dernière par une touriste allemande en vacances à Majorque, alertée par la présence d’”une étrange créature”. Depuis lors,  des biologistes marins de l’Institut Alfred Wegener ont confirmé les soupçons et les craintes. C’est la  “galère portugaise” aussi appelée “vessie de mer” qui attire l’attention des passants. Elle a aussi été aperçue au large de Minorque, d’Ibiza et d'autres îles des Baléares. 

“Ne les touchez surtout pas”

Ce n’est pas une vraie méduse mais un siphonophore”, peut-on lire sur le site du Centre Antipoisons.  “Elle dispose d’un flotteur rempli d’air qui la maintient à la surface et est équipée de tentacules très urticants, mesurant jusqu’à 40 mètres de longueur (...) La partie émergée mesure une vingtaine de centimètres.

Les  physalies ont été déportées par de forts courants et vents au large des côtes , selon le ministère espagnol de l’Environnement qui appelle à la prudence. “Ne les touchez surtout pas et appelez immédiatement le numéro d’urgence ou avertissez un secouriste.” 

Entrer en contact avec une “galère portugaise” peut provoquer  vomissements,  détresses respiratoires, douleurs abdominales, fièvres, vertiges et malaises. 

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.