Plein écran
Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national. © AFP

La justice a tranché: Laurent Ruquier pouvait comparer Marine Le Pen à un étron

La Cour de cassation a rendu ce vendredi sa décision dans le dossier opposant Marine Le Pen à Laurent Ruquier, rapportent plusieurs médias français. En janvier 2012, l’animateur avait diffusé dans son émission “On n’est pas couché” un dessin de Charlie Hebdo comparant la présidente du RN à un excrément. 

À quelques semaines de la présidentielle, Laurent Ruquier avait diffusé dans ONPC plusieurs parodies d’affiches de campagne, dont une de Marine Le Pen, publiée par le journal satirique Charlie Hebdo, représentant un étron devant un drapeau tricolore avec le slogan “Le Pen, la candidate qui VOUS ressemble”.

Marine Le Pen avait alors poursuivi le présentateur de France 2 pour injure mais avait été deux fois déboutée avant que la cour de cassation n’ordonne un nouveau procès en 2016 car elle estimait que les limites de la liberté d’expression avaient été dépassées. L’année suivante, la cour d’appel avait donné raison à Laurent Ruquier. Ce dernier avait bien souligné le caractère satirique du dessin au moment de le diffuser à l’antenne, avait-elle fait valoir. 

Ce vendredi, le deuxième pourvoi de l’ancienne candidate à la présidentielle a donc été rejeté, la cour de cassation s’appuyant cette fois sur l’arrêt de la cour d’appel rendu en 2017, à savoir que “la publication ne dépassait pas les limites de la liberté d’expression” même si l’injure était “caractérisée”. 

La présidente du Rassemblement national avait choisi d’attaquer Laurent Ruquier - et non Charlie Hebdo, qui publia le dessin quelques jours avant l’émission - en raison de la forte audience du talk-show hebdomadaire de France 2. “Nous sommes ravis” de cette décision, a réagi auprès de l’AFP l’avocat de Laurent Ruquier, Jean Ennochi. “En l’état, l’affaire est close”, s’est félicité l’avocat.

Plein écran
Laurent Ruquier. © DR
  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).