Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l'État islamique.
Plein écran
Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l'État islamique. © ap

La justice française émet un mandat d'arrêt contre le chef de Daech

La justice française a émis un mandat d’arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi, calife auto-proclamé du groupe Etat islamique (EI), a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Un autre mandat d’arrêt concerne Abou Mohammed al-Adnani, ancien porte-parole présumé mort de l’organisation djihadiste.

Ces mandats ont été délivrés lundi par des juges antiterroristes dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 8 octobre pour “direction ou organisation d’association de malfaiteurs terroriste criminelle”, a précisé cette source.

L’EI a revendiqué plusieurs attentats commis sur le sol français ces dernières années, dont ceux du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés à Paris et Saint-Denis.

Un collectif d’avocates de victimes de ces attentats avait réclamé fin août aux juges d’instruction chargés des investigations qu’un mandat d’arrêt soit lancé contre le chef de l’EI, estimant qu’il était “a minima complice” de ces attaques, selon la radio France Inter.

Mais l’opportunité d’émettre un tel mandat a fait l’objet de débats dans le monde judiciaire, alors que les chances de voir les responsables du groupe Etat islamique effectivement remis à la justice française sont minimes.

Crainte d’une résurgence du “califat” 

La justice a finalement décidé d’ouvrir une enquête distincte de celle concernant les attentats du 13 novembre 2015, qui touche à sa fin, pour examiner la responsabilité des deux dirigeants de l’EI dans la vague d’attentats djihadistes qui a touché la France depuis 2015.

Proclamé en 2014 par Abou Bakr al-Baghdadi sur de vastes territoires en Irak et en Syrie, le “califat” a été déclaré éradiqué le 23 mars, mais le chaos sécuritaire de la région fait craindre une résurgence de l’organisation.

Abou Mohammed al-Adnani, ancien porte-parole officiel de l’EI et responsable de ses opérations extérieures, est pour sa part présumé mort: selon plusieurs sources, il a été tué le 30 août 2016 près de Al Bab, dans le nord-ouest de la Syrie à l’occasion d’un bombardement aérien. 

Abou Bakr Al-Baghdadi.
Plein écran
Abou Bakr Al-Baghdadi. © ap
Abou Mohammed al-Adnani.
Plein écran
Abou Mohammed al-Adnani. © AP
  1. Un camion force le passage parmi les manifestants à Minneapolis
    Play

    Un camion force le passage parmi les manifes­tants à Minneapo­lis

    Un camion-citerne a tenté dimanche de se forcer un passage au milieu d'un cortège de milliers de manifestants sur un pont du centre de Minneapolis, dans le Minnesota, forçant l'intervention massive des forces de l'ordre. "A priori aucun manifestant n'a été blessé", selon un communiqué de la police locale qui parle d'un incident "très dérangeant". Le chauffeur du camion a été blessé, sans que sa vie soit en danger. Il a été conduit à l'hôpital et placé en état d'arrestation.
  2. Trump emmené dans un bunker face à la manifestation sous tension
    Play

    Trump emmené dans un bunker face à la manifesta­ti­on sous tension

    Le président américain Donald Trump a été brièvement placé dans un bunker souterrain vendredi soir alors que les manifestants se réunissaient devant la Maison-Blanche pour réclamer la justice après la mort du quadragénaire afro-américain George Floyd suite à son interpellation à Minneapolis, indiquent lundi les médias outre-Atlantique sur base de sources officielles anonymes, évoquant l’une des alertes les plus élevées depuis le 11 septembre 2001.
  3. Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    L'ancienne superstar américaine du basket Michael Jordan et le sextuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton se sont joints dimanche aux sportifs qui, à travers le monde, ont déploré la mort d'un homme noir lors de son interpellation aux États-Unis qui a entraîné des dizaines de manifestations dégénérant parfois en émeutes. Le pilote britannique a lui dénoncé le silence des "plus grandes stars" de la F1 "dominée par les blancs".