Plein écran
© afp

La mafia freine la croissance de l'Italie

A l'occasion d'un colloque à Milan, le gouverneur de la banque centrale italienne Mario Draghi a mis en garde vendredi contre l'infiltration de la mafia dans la société, qui freine selon lui la croissance du pays.

Parmi les facteurs qui empêchent l'économie italienne de croître, le gouverneur Draghi cite notamment "l'infiltration mafieuse dans la structure productive, qui a augmenté ces dernières décennies, du moins dans sa diffusion territoriale".
 
Cette présence mafieuse s'est d'autant plus renforcée avec la crise. "De nombreuses entreprises, qui ont vu leurs liquidités et leur valeur de marché se réduire ces trois dernières années, sont devenues des proies plus faciles pour la criminalité", souligne Mario Draghi.
 
"Lutter contre les mafias sert non seulement à ressouder la fibre sociale du pays, mais aussi à éliminer l'un des freins qui ralentissent notre économie", a assuré le gouverneur. "Si les effets sociaux et politiques du crime organisé sont reconnus et étudiés, ceux économiques le sont moins", selon lui.
 
En Italie, les banques et autres intermédiaires financiers sont obligées par la loi à signaler toute opération suspecte à l'Unité d'Information Financière (UIF), une structure constituée auprès de la Banque d'Italie en 2008. Le pays est passé de 12.500 signalisations en 2007 à 37.000 l'an dernier, a indiqué le gouverneur. (belga/7sur7)