Plein écran
Deux ans seulement séparent ces deux photos de Jamee Valet. © DR

La métarmophose spectaculaire d’une ancienne accro à l’héroïne

Jamee Valet, une Américaine de 25 ans, est tombée dans l’enfer des drogues dures à l’adolescence. La jeune femme, qui a tenté de mettre fin à ses jours, avait littéralement touché le fond, n’hésitant pas à voler sa famille et son compagnon pour se payer sa dose. Mais après une sérieuse prise de conscience, une cure de désintoxication, et malgré plusieurs rechutes, Jamee Valet s'est enfin libérée de ses démons et a retrouvé goût à la vie. 

Il y a encore deux ans, le suicide semblait être la seule issue pour Jamee Valet. La photo de gauche en tête d’article la montre en 2017. À cette époque, cette jeune Américaine originaire de l’Oregon avait touché le fond et pensait ne plus jamais pouvoir en sortir. Ce soir-là, Jamee avait rendez-vous avec un dealer pour acheter de la drogue, comme pratiquement tous les soirs, confie-t-elle au Daily Mail.

“Je prenais de la drogue pour échapper à la réalité”

Jamee n’avait que treize ans lorsqu’elle a commencé à fumer de l’herbe. Mais les joints ne furent qu’une étape avant de passer rapidement aux drogues dures. Un ami l’a rendue dépendante aux analgésiques. “Il m’a appris à écraser et à sniffer ces pilules. J’ai consommé de la drogue, de l'alcool et j’avais des relations sexuelles pour échapper à la réalité”, se souvient amèrement la jeune femme.

L’adolescente de l’époque a abandonné ses études deux ans plus tard. En plein trip, Jamee s'est fait violer par deux hommes. “J’étais traumatisée et j’ai fait une dépression.” Un sentiment de mal-être qui la conduira à passer à l’héroïne.

Direction la case prison

La jeune femme s’est mise à voler pour se payer sa dose. Les nombreux sacs à main arrachés aux bras de vieilles dames l’ont conduite à la case prison, où elle a tenté de se suicider. A l’âge de 19 ans, Jamee a cru entrevoir la lumière au bout du tunnel. Mais après avoir été abstinente pendant neuf mois, elle est retombée dans ses travers. 

La rencontre de son compagnon, Jake, en cure de désintoxication a apporté un peu de bonheur dans sa vie. Mais deux fausses couches l’ont fait replonger. Jusqu’à ce qu’une visite chez sa belle-famille lui fasse enfin comprendre qu’elle avait un sérieux problème. Après une franche discussion avec sa belle-mère, Jamee a suivi une thérapie salutaire pendant trois mois.

Rédemption

Aujourd’hui, Jamee est sur la voie de la rédemption. Elle a obtenu l'équivalent de son certificat d’études secondaires, a passé son permis de conduire et a trouvé du travail. La jeune femme, qui a retrouvé une mine resplendissante (en témoigne la photo de droite en tête d’article), espère désormais renouer des liens avec sa propre famille, dont elle avait volé de l'argent pour se payer de la drogue. Mais la confiance revient petit à petit, assure-t-elle. Elle devrait par exemple fêter Noël avec son père.

À  travers sa propre expérience, la jeune femme veut (re)donner de l'espoir aux millions de personnes qui tentent désespérément de sortir de l’enfer de la drogue. “Vous ne devez jamais perdre espoir. Même si vous avez touché le fond, vous pouvez toujours reprendre le contrôle de votre vie. J’en suis la preuve vivante.”

Plein écran
La jeune femme a tenté de se suicider en prison. Elle est restée dans le coma pendant deux jours. © DR
Plein écran
Jamee et son compagnon Jake filent le parfait amour. © DR
Plein écran
© DR
  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).