Plein écran
© belga

La minorité tatare de Crimée s'apprête à voter son autonomie

Les Tatars de Crimée vont organiser samedi un vote sur leur autonomie sur leur terre historique, après son annexion par la Russie, ont-ils décidé samedi en urgence lors d'un congrès.

Des représentants des Tatars de toute la Crimée sont réunis dans la ville de Bakhtchyssaraï pour un "Qurultay", ou congrès, afin de décider du sort de cette communauté musulmane d'environ 300.000 personnes.

"Il arrive un moment dans la vie de chacun où un choix doit être fait, qui déterminera l'avenir", a déclaré le chef de file des Tatars, Refat Chubarov. Il a proposé à la foule, entassée dans un centre municipal, de voter en faveur d'un projet de résolution appelant à "lancer les procédures légales et politiques pour l'autonomie nationale et territoriale du peuple tatar de Crimée sur son territoire historique, la Crimée".

Le document souligne la préoccupation des Tatars après le récent bouleversement de la péninsule, qui a vu les milices pro-Moscou et les troupes russes chasser les soldats ukrainiens de Crimée, après un référendum controversé aboutissant au rattachement de la région à la Russie.

Les Tatars de Crimée, qui représentent environ 12% de la population, se sont fermement opposés au référendum du 16 mars, qu'ils ont largement boycotté. Les Tatars se méfient de Moscou depuis que Joseph Staline a ordonné leur déportation en masse vers l'Asie centrale à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, lors de laquelle la moitié d'entre eux a péri. Ils n'ont pas été autorisés à retourner en Crimée avant la fin des années 1980.

  1. “Ils voulaient vivre le rêve américain”: l’histoire derrière la photo déchirante d’Oscar et sa petite fille

    “Ils voulaient vivre le rêve américain”: l’histoire derrière la photo déchirante d’Oscar et sa petite fille

    La photo des corps inertes d’Oscar Alberto Martinez Ramirez, un migrant salvadorien de 26 ans, et de sa petite fille Valeria, 23 mois, gisant le long des rives du Rio Grande, bouleverse le monde entier. Emportés par le courant, ce père de famille et sa fillette se sont noyés en voulant traverser le fleuve qui sépare les Etats-Unis du Mexique. Ils aspiraient à une vie meilleure et voulaient vivre le rêve américain. “Ils sont morts dans les bras l’un de l’autre”, témoigne la maman d’Oscar, anéantie.