Archive d'illustration
Plein écran
Archive d'illustration © AP

La mission Sophia doit sauver des migrants mais n’est pas un “service de taxi”

Mise à jourLe ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer a estimé vendredi que la mission navale Sophia, qui doit être recentrée sur la surveillance de l'embargo sur les armes en Libye, devrait sauver des migrants en détresse mais pas être un "service de taxi".

Plein écran
© EPA

Lors d'une réunion avec ses homologues de l'UE à Zagreb, M. Seehofer s'est dit favorable à la relance et au recentrage de la mission militaire européenne discutés lundi par les ministres des Affaires étrangères à Bruxelles.

Lutter contre les passeurs

Créée en 2015 pour lutter contre les réseaux de passeurs en Méditerranée et contrôler l'embargo des Nations unies sur les armes à destination de la Libye, la mission est privée de ses bateaux depuis dix mois, à cause du refus de l'Italie de laisser débarquer sur son territoire les migrants qu'ils ont sauvés en mer. La demande de révision du mandat a été faite par l'Italie.

“Pas un service de taxi”

Interrogé par des journalistes sur la capacité de cette opération à secourir des migrants, M. Seehofer a déclaré que s'il s'agissait de "sauver des gens de la noyade, ce n'était pas problématique". "Il est important selon moi qu'il s'agisse de sauvetage en mer de gens en détresse, et non pas d'un service de taxi ou de navette entre la Libye et l'Italie", a-t-il déclaré. "Si c'était le cas, je ne voudrais pas participer à une redistribution des réfugiés".

Obligations du droit maritime

Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell avait indiqué que les bateaux déployés avec le nouveau mandat continueraient à respecter les obligations du droit maritime et à sauver les migrants en perdition. Mais les zones où ils vont opérer ne se trouveront plus nécessairement sur les routes empruntées par les bateaux de migrants, a-t-on aussi expliqué.

Horst Seehofer
Plein écran
Horst Seehofer © Carsten Rehder/dpa