Plein écran
© afp

"La Russie fait-elle la guerre contre l'Ukraine et si oui pour quelles raisons?"

Plusieurs médias indépendants russes ont exigé mercredi la vérité sur une participation militaire russe au conflit en Ukraine au lendemain de l'annonce par Kiev de la capture de dix parachutistes russes, qui se seraient "perdus" selon Moscou.

"La Russie fait-elle la guerre contre l'Ukraine et si oui pour quelles raisons?", interroge l'un des principaux quotidiens russes, Vedomosti, dans un éditorial.

"Sans doute les hommes politiques et les militaires russes veulent agir, comme en Crimée, où la participation de nos soldats n'a été reconnue qu'un temps après", spécule le quotidien, en évoquant l'annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne en mars dernier.

Mais "il est impossible de garder l'information en secret absolu. Il faudra un responsable pour les victimes" militaires russes, prévient Vedomosti.

Plusieurs médias d'opposition russes, dont le tri-hebdomadaire Novaïa Gazeta, le journal en ligne Fontanka.ru et la chaîne de télévision Dojd, ont publié leurs reportages sur l'enterrement lundi près de Pskov (ouest) de deux parachutistes russes, ayant péri en Ukraine, selon leurs proches.

"Lundi, nous avons été témoins de l'enterrement dans la région de Pskov des parachutistes dont la mort est gardée secrète", écrit Novaïa Gazeta qui publie les photos des tombes, tout juste scellées, de Léonid Kitchatkine et Alexandre Ossipov, respectivement morts les 19 et 20 août.

Selon les proches des militaires, interrogés sur place par le journal, les deux parachutistes ont été tués dans les combats entre les séparatistes prorusses et les forces ukrainiennes, près de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine.

"Plusieurs dizaines d'hommes de la 76e division aéroportée ne répondent plus à leurs proches alors que leur hiérarchie assure qu'ils sont tous sains et sauf", écrit Novaïa Gazeta.

"On en est au point où le silence peut provoquer un incendie monstrueux", résume le journal en ligne Pskovskaïa Gouberniïa dont le site a été inaccessible pendant quelques heures après la publication du reportage sur l'enterrement des parachutistes.

Le président russe Vladimir Poutine, interrogé mardi soir lors d'un sommet régional à Minsk (Bélarus) sur les dix parachutistes russes capturés par Kiev, a déclaré que ces soldats "patrouillaient à la frontière et ont pu se retrouver sur le territoire ukrainien".

Il avait également affirmé des "dizaines" de soldats ukrainiens avaient eux aussi franchi par le passé la frontière pour se retrouver en Russie, avant de rentrer en Ukraine.

  1. Top jobs européens: Ursula von der Leyen face au verdict du Parlement européen

    Top jobs européens: Ursula von der Leyen face au verdict du Parlement européen

    Deux semaines auront-elles suffi à Ursula von der Leyen pour convaincre les eurodéputés? Les élus vont décider mardi soir s'ils élisent ou non la ministre allemande à la tête de la Commission européenne lors d'un vote couperet, car il n'offre pas de seconde chance. L'attitude des élus eurosceptiques pourrait être déterminante. Ils pourraient faire pencher la balance en sa faveur mais ce soutien serait embarrassant pour la prochaine présidente de la Commission.
  2. Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un tribunal de la ville allemande de Krefeld, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a condamné lundi le "guérisseur" du cancer Klaus Ross, 62 ans, à deux ans de prison avec sursis. Celui dont le centre pour le traitement du cancer a été fermé il y a quelques années est tenu pour responsable de la mort de trois patients, dont une femme belge. Le ministère public allemand avait requis une peine de trois ans de prison.