Plein écran
Vladimir Poutine et Recep Erdogan © reuters

La Russie "peut envisager" la livraison de système de défense antiaérienne à la Turquie

La Russie "peut envisager" la livraison de systèmes de défense antiaérienne à la Turquie, a déclaré le Kremlin vendredi, signe supplémentaire du rapprochement des deux pays après leur crise diplomatique de novembre 2015.

Vladimir Poutine s'est rendu lundi à Istanbul où il a rencontré son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, la première visite du président russe en Turquie depuis la mort d'un pilote russe dont le bombardier avait été abattu par l'aviation turque au dessus de la frontière syrienne.

"Différents systèmes de missiles sol-air ont été évoqués (pendant les discussions) et si la partie turque le veut, la Russie peut envisager la possibilité de les fournir à la Turquie", a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, cité par les agences russes.

La chaîne de télévision turque NTV avait annoncé mardi, au lendemain de ces discussions, que la Turquie était disposée à examiner une éventuelle offre de la Russie pour un système de défense antiaérienne.

La Turquie avait annulé il y a près d'un an un méga-contrat d'un montant de trois milliards d'euros, remporté en 2013 par la Chine à l'issue d'un appel d'offres, pour équiper son armée de missiles sol-air.

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.